fbpx

Cameroun Actuel

Un missile ukrainien abattu dans la région russe de Kalouga

L’ex-président américain Donald Trump effectue jeudi soir un passage-éclair dans une prison de Géorgie, pour se livrer aux autorités de cet Etat du sud-est du pays en raison de son inculpation pour ses agissements lors de la présidentielle de 2020.

L’événement promet d’être l’une de ces séquences historiques qui tiennent le pays en haleine: après y avoir échappé lors de ses trois précédentes inculpations pénales, il risque cette fois de ne pas couper à l’infamant rituel du « mugshot », la prise de la photo d’identité judiciaire, une première pour un ancien président américain.

Donald Trump a indiqué sur sa plateforme Truth Social se préparer à se rendre à Atlanta, la capitale de l’Etat, pour se constituer officiellement prisonnier à 19h30 (01h30 vendredi en Suisse) « pour avoir eu l’audace de contester une élection truquée et volée ».

Le passage du favori des primaires républicaines pour reprendre la Maison Blanche en 2024 par la prison du comté de Fulton, ou prison de Rice Street, devrait cependant être bref.

Comme dix des onze prévenus dans ce dossier qui se sont déjà livrés, sauf imprévu Donald Trump ressortira libre sous caution – fixée pour lui à 200’000 dollars.

« Mugshots » viraux

Il a été précédé jeudi dans cet établissement surpeuplé et notoirement insalubre, guetté par les médias du monde entier campant depuis plusieurs jours sous de grandes tentes, par son dernier chef de cabinet, Mark Meadows, relâché contre une caution de 100’000 dollars. Un autre prévenu, Harrison Floyd, a en revanche été placé jeudi en détention, faute de caution.

La veille, l’ex-avocat de Donald Trump et ancien maire de New York Rudy Giuliani s’était mis à la disposition des autorités, qualifiant les poursuites engagées par la procureure du comté de Fulton, Fani Willis, d' »attaque contre la Constitution ».

Le 14 août, un grand jury constitué par la procureure a inculpé Donald Trump et 18 autres personnes de tentatives illicites d’obtenir l’inversion du résultat de l’élection de 2020, remportée dans cet Etat clé par l’actuel président démocrate Joe Biden.

Plusieurs accusés soutiennent que ces poursuites reviennent à « criminaliser » la liberté d’expression en matière de contentieux électoral.

Tous ceux qui ont poussé la porte de la prison, certains en pleine nuit, ont vu leur passage immortalisé et leur « mugshot » circuler en boucle à la télévision et sur les réseaux…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien