fbpx

Cameroun Actuel

Situation tendue à Ebibeyin : des centaines de Camerounais détenus depuis plus de deux semaines

Ebibeyin

Une situation tendue se déroule actuellement dans la ville frontalière d’Ebibeyin, en Guinée équatoriale, où selon les résidents, des centaines d’étrangers, principalement des Camerounais, sont détenus par l’armée depuis plus de deux semaines.

« C’est une terrible chose qui se passe ici », a déclaré un résident qui a souhaité rester anonyme par crainte pour sa sécurité. « Depuis plus de deux semaines maintenant, des étrangers sont arrêtés par l’armée et enfermés au stade de football d’Ebibeyin. Il y a plus de 300 Camerounais. »

Le résident a exprimé sa peur et a appelé l’attention internationale sur la situation. « Le gouvernement camerounais doit être informé de cela, et le monde en général », a-t-il plaidé. « Comment un petit pays comme la Guinée équatoriale peut-il faire cela à des étrangers ? »

Les rapports indiquent un blocage total des déplacements pour les étrangers à Ebibeyin. « En ce moment même où je vous parle, tous les étrangers sont enfermés chez eux », a déclaré le résident. « Personne ne peut sortir. Certains meurent même de faim à l’intérieur parce qu’ils ne peuvent pas sortir pour chercher de la nourriture. »

La situation est particulièrement préoccupante pour les Camerounais qui n’ont pas été détenus à Ebibeyin. « Certains des Camerounais arrêtés à Mongomo, Bata et dans d’autres petits villages ont été renvoyés à la frontière à Kyé-Ossi », a ajouté le résident.

La Guinée équatoriale est connue pour ses arrestations arbitraires et ses violations des droits humains, selon des rapports d’Amnesty International et du Département d’État américain. Les tentatives pour joindre le gouvernement de la Guinée équatoriale afin d’obtenir des commentaires sur la situation actuelle à Ebibeyin sont restées infructueuses.

La communauté internationale est appelée à suivre de près cette situation alarmante, qui soulève de sérieuses préoccupations quant au respect des droits des étrangers et à la situation humanitaire à Ebibeyin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi