fbpx

Cameroun Actuel

seulement 2,3 % des arbres plantés après deux ans

La promesse de Justin Trudeau de planter 2 milliards d’arbres d’ici 2030 tarde à s’enraciner : le commissaire à l’environnement juge l’atteinte de l’objectif « improbable » puisque seulement 2,3 % des arbres prévus auraient été plantés jusqu’à présent.

Dans un rapport remis au Parlement jeudi, le commissaire Jerry V. DeMarco blâme l’absence d’ententes à long terme signées avec les provinces et territoires, et suggère à Ottawa d’accélérer le rythme.

« Les retards dans la signature des ententes ont non seulement entravé la capacité de Ressources naturelles Canada à planter le nombre d’arbres estimé pour 2022, mais auront également un impact sur les années suivantes, pour lesquelles des objectifs de plantation encore plus ambitieux ont été établis », écrit le commissaire. .

En 2022, par exemple, les accords signés jusqu’ici auraient permis de planter 16,5 millions d’arbres, loin des 60 millions initialement prévus dans le plan décennal.

La promesse de planter 2 milliards d’arbres pour capter le carbone était l’une des idées phares du camp libéral lors de l’élection fédérale de 2019.

« Le gouvernement du Canada fait des progrès significatifs et demeure confiant dans sa capacité à planter deux milliards d’arbres et à réduire les émissions dans le cadre du programme au cours de la prochaine décennie », a commenté le porte-parole du ministre de l’Environnement Steven Guilbeault.

Il faut ajouter que le projet émettra plus de gaz à effet de serre qu’il n’en captera au cours des dix prochaines années. Cependant, les arbres porteront de plus en plus de fruits à partir des années 2030, car il leur faut du temps pour pousser suffisamment pour exploiter leur potentiel de capture.

  • Écoutez l’entrevue avec Simon Côté, coordonnateur chez Arbre-Évolution, à l’émission de Mario Dumont via QUB-radio:

Ottawa écorché par d’autres rapports

En plus de l’audit sur la plantation d’arbres, le commissaire DeMarco a signifié quatre autres rapports qui jettent une ombre sur les actions du gouvernement en matière d’environnement, notamment en ce qui concerne la protection des espèces menacées.

Même si « le gouvernement fédéral a le pouvoir d’intervenir pour contrer les menaces imminentes sur les espèces », il « manque d’initiatives et de politiques pour guider ses actions ».

« Les mesures prises par [le ministère] ne reflètent pas l’urgence de la crise mondiale de la biodiversité », a déclaré DeMarco lors d’une conférence de presse. Il note que 146 des 257 plans d’action nécessaires à la protection des espèces n’ont pas encore été produits.

En revanche, le gouvernement n’évalue pas l’impact individuel sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de certaines de ses mesures environnementales.

À titre d’exemple, le commissaire a constaté que certaines sources importantes d’émissions de méthane, un gaz…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi