Camerounactuel

Sans visa Schengen, les Africains d’Ukraine bloqués à la frontière polonaise

Si des pays comme la Roumanie ou la Hongrie ont accepté de recevoir les Africains d’Ukraine sans visa Schengen, la Pologne, elle, a décidé de ne pas accueillir ces personnes fuyant la guerre.

C’était samedi dernier. Une étudiante en médecine nigériane, coincée en Ukraine, tentait de fuir le pays en direction de la Pologne. Pendant sept heures, la jeune fille a observé les soldats ukrainiens empêcher les Africains de rejoindre le pays frontalier. Une information confirmée par le ministère nigérian des Affaires étrangères, Gabriel Aduda, qui avait alors demandé l’aide de l’Organisation internationale pour les migrations, une agence de l’ONU.

Car le témoignage de la jeune étudiante n’était pas une exception. Plusieurs rapports dénonçaient l’interdiction, pour les ressortissants africains, de traverser la frontière polonaise, notamment à cause de problèmes de visa Schengen.

Pas de visa Schengen obligatoire en Hongrie

Très vite, les autorités du Nigeria ont exhorté leurs ressortissants à ne plus tenter de se rendre en Pologne. « Pour l’instant, il est conseillé de se rendre à la frontière hongroise de Zahony et aux frontières roumaines de Suceava, Tulcea, du comté de Satu Mare et de Maramures, car ils ont approuvé l’accès sans visa à tous les Nigérians en provenance d’Ukraine ». Des dispositions pour l’hébergement et la nourriture ont également été négociées.

Du côté de la présidence nigériane, un porte-parole déplorait que « la sécurité et les droits de l’homme de quelque 4 000 citoyens nigérians et de nombreux autres de nations africaines amies » soient bafoués.

En attendant, le Nigéria, via son ambassade à Budapest, en Hongrie, affirme que le gouvernement hongrois a promulgué un décret qui autorise les ressortissants de pays ayant des permis de séjour ukrainiens valides à entrer en Hongrie temporairement, sans visa Schengen.

Le racisme décomplexé des médias occidentaux

Depuis plusieurs jours, le débat sur les exilés de guerre fait rage dans les médias occidentaux. Un journaliste de la chaîne américaine CBS avait rappelé que les migrants en provenance d’Ukraine était plus « civilisés » que les Irakiens ou les Afghans. Sur la chaîne française BFM TV, un chroniqueur avait différencié les migrants européens des Syriens qui fuyaient la guerre.

Christophe Barbier, ancien patron du journal français L’Express, estimait récemment quant à lui qu’« il y a un geste humanitaire à faire » parce que les réfugiés ukrainiens sont « des Européens de culture ».

Le Journal de l’Afrique

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi