Camerounactuel

Port de Douala: un plan d’extension pour 2030

La plateforme portuaire ambitionne de devenir l’un des grands pôles d’excellence au cœur du Golfe de Guinée à travers la démultiplication de ses capacités d’accueil.

Leader dans la zone Cemac, le PAD connaîtra grâce à cette expansion annoncée dès 2030, le renouvellement et la réhabilitation, non seulement de ses infrastructures, mais aussi de ses superstructures existantes. L’on apprend de sources crédibles, qu’il y aura la construction d’un avant-port au large de l’île Ma-noka située à 35 minutes au large du petit port de pêche de Youpwé, non loin de la ville de Douala.

Si le projet se réalise, le port deviendra un « pôle d’excellence au cœur du Golfe de Guinée » à travers la démultiplication de ses capacités d’accueil. Ainsi, l’autorité portuaire compte sur l’accompagnement de l’Etat pour l’atteinte de cet objectif, même si la valeur financière du soutien étatique attendu n’est pas encore dévoilée.

Le Port autonome de Douala qui est une plaque tournante de l’économie dans la sous-région Afrique centrale permet de desservir les Etats enclavés du Tchad et de la République centrafricaine (RCA).

15 millions de tonnes de marchandises représentent sa capacité annuelle de trafic. Il dispose actuellement de 26 quais d’accostage sur 5,5 kilomètres de long. Quant à sa superficie, elle est de 400 ha. Le PAD compte 7 terminaux spécialisés, 15 entrepôts, 65 ha de terre-plein, 25 kilomètres de voies ferrées et 20 kilomètres de routes bitumées, selon les données obtenues auprès des sources fiables.

Riposte

Avant l’échéance de 2030, le Pad doit faire face à la conjoncture actuelle rythmée par la crise sanitaire du Covid 19.« Le port de Douala-Bonabéri continuera d’assurer l’ensemble de ses missions essentielles, afin de garantir la poursuite des approvisionnements et d’écarter tout risque de pénurie ou de congestion susceptible de compromettre ou d’annihiler les efforts de riposte du gouvernement de la République contre le Covid-19», insiste Cyrus Ngo’o le directeur général du Pad. Sur un plan structurel, Cyrus Ngo’o a tenu la semaine dernière une téléconférence avec

certains de ses collaborateurs sur l’important projet d’autonomisation du dragage au Port. La finalisation de la convention de financement pour l’acquisition de la drague aspi-ratrice en marche TSHD 3000, en cours de finition dans les ateliers de l’entreprise hollandaise IHC, 1er constructeur mondial de ce type de navire, était l’un des principaux points abordés par les participants.

Source : Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles