fbpx

Cameroun Actuel

Louis Paul Motaze : un candidat sérieux à la succession de Paul Biya ?

Louis-Paul Motaze, ministre des Finances

Dans l’opinion camerounaise, des rumeurs circulent concernant une potentielle candidature de Louis Paul Motaze à la succession de Paul Biya. Il convient donc de se demander si le ministre des Finances est réellement un candidat sérieux pour l’après Biya.

Selon Jeune Afrique, en début d’année, Louis-Paul Motaze était considéré comme une figure principale du « clan du Sud ». Cependant, il semble que ce clan soit plus divisé qu’il n’y paraît. Le ministre entretient des relations cordiales avec Samuel Mvondo Ayolo, mais ce dernier lui conteste le statut de chef politique du département. De plus, Louis-Paul Motaze et Franck Biya, bien qu’étant cousins, ne sont pas particulièrement proches. Ainsi, l’unité du clan du Sud ne semble exister que lorsqu’il s’agit de s’opposer à Ngoh Ngoh.

Dans cette optique, le ministre pourrait chercher des atouts ailleurs que dans le sud du pays. Il pourrait notamment compter sur l’influence de Laurent Esso, ministre de la Justice, qui s’oppose également à l’ascension de Ferdinand Ngoh Ngoh et soutient Jean-Pierre Amougou Belinga. Le secrétaire général joue un rôle clé dans cette guerre des clans et s’il pousse ses rivaux à s’unir, Louis-Paul Motaze pourrait en profiter. De plus, son mariage avec Aïcha, une musulmane native de l’Extrême-Nord, une région cruciale sur le plan électoral, pourrait également jouer en sa faveur.

Le 5 septembre, le président Paul Biya a chargé Louis Paul Motaze de présider un comité interministériel ad hoc chargé du processus de rachat des parts de Eneo détenues par le fonds britannique Actis. Ce choix montre la confiance renouvelée de Paul Biya envers le ministre des Finances et témoigne d’une certaine continuité.

Il est donc encore trop tôt pour affirmer si Louis Paul Motaze est un candidat sérieux à la succession de Paul Biya. Les rumeurs et les alliances politiques en cours pourraient influencer sa position dans la course à la présidence. Il reste à observer comment ces facteurs évolueront dans les mois à venir et quelles seront les décisions prises par les acteurs politiques majeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi