fbpx

Cameroun Actuel

L’essor de l’industrie pharmaceutique camerounaise : vers une autonomie stratégique

Depuis quelques années, l’industrie pharmaceutique au Cameroun est en pleine effervescence, portée par une dynamique d’innovation et de croissance ambitieuse. La récente visite du ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, dans certaines unités de production de produits pharmaceutiques à Yaoundé, témoigne de cette évolution significative.

Le 04 avril dernier, le ministre Manaouda Malachie s’est rendu chez Tebimosa Pharmaceuticals, fondée par le pharmacien industriel Patrick Eloundou. Cette entreprise, établie en 2017, a rapidement affirmé sa place sur le marché en disposant d’une capacité installée de 2 millions de médicaments génériques par jour. Initialement spécialisée dans le conditionnement secondaire de produits importés, Tebimosa Pharmaceuticals s’apprête désormais à franchir une nouvelle étape en introduisant une unité de production de médicaments contre le cancer. Avec un investissement initial de 1,7 milliard Fcfa et des phases futures nécessitant environ 6,5 milliards Fcfa, l’entreprise vise une expansion ambitieuse.

Outre Tebimosa Pharmaceuticals, d’autres acteurs comme la Société industrielle des produits pharmaceutiques (SIPP) ont également marqué la visite du ministre. Forte de plus de 30 ans d’expérience, la SIPP a bénéficié d’investissements considérables, portant sa capacité de production à 12 millions de poches de solutés par an. Cette évolution témoigne de l’engagement des acteurs locaux à moderniser leurs infrastructures et à accroître leur compétitivité sur le marché.

Cependant, malgré ces avancées, l’industrie pharmaceutique camerounaise reste confrontée à des défis majeurs, notamment la domination écrasante des grandes firmes occidentales et indiennes. Actuellement, les acteurs locaux ne contrôlent que 2% du marché, qui représente un potentiel de 500 milliards Fcfa. Dans ce contexte, les industriels locaux ont plaidé auprès du gouvernement pour l’instauration d’une règle des 30%, visant à favoriser l’accès des produits locaux au marché national.

L’Ordre national des pharmaciens du Cameroun soutient cette initiative, soulignant l’importance de promouvoir la production locale pour réduire la dépendance aux importations. Le ministre de la Santé publique se montre également favorable à cette démarche, mais insiste sur la nécessité d’une transition progressive pour garantir la sécurité des patients. Cette approche s’inscrit dans une tendance régionale, avec des pays comme le Gabon ayant déjà entrepris des mesures similaires pour réduire les importations pharmaceutiques.

La visite du ministre Manaouda Malachie met en lumière le potentiel et les défis de l’industrie pharmaceutique camerounaise. Avec un engagement accru en faveur de l’innovation, de la qualité et de la production locale, le secteur est bien positionné pour jouer un rôle central dans la santé et le développement économique du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi