fbpx

Cameroun Actuel

Les séparatistes anglophones interdisent les activités agricoles les lundis dans le Sud-Ouest

Un groupe armé militant pour l’indépendance des régions anglophones du Cameroun, connu sous le nom de Ribbons of Ambazonia, a récemment annoncé une interdiction des activités agricoles les lundis dans les départements de la Meme et du Ndian, situés dans la région du Sud-Ouest.

Cette interdiction, imposée par le général autoproclamé Millepede et Johnny Mad Dog, est présentée comme un geste de respect envers le « ville morte » du lundi, une initiative instaurée le 9 janvier 2017 par le Consortium interdit de la société civile anglophone du Cameroun.

Toutefois, cette mesure a été vivement critiquée par les habitants locaux. Certains suggèrent que la plupart des combattants séparatistes sont en réalité des bandits armés, tandis que d’autres affirment que cette interdiction vise à faciliter leurs activités criminelles.

Selon ces critiques, les séparatistes cherchent à s’approprier le cacao des habitants locaux, alors que les prix de cette culture lucrative ne cessent d’augmenter. Ils remettent également en question le moment choisi pour cette interdiction, qui coïncide curieusement avec la hausse des prix du cacao.

L’impact de cette interdiction est déjà palpable sur le terrain. Des agriculteurs de Nake Bongwana ont été renvoyés chez eux lundi dernier alors qu’ils tentaient de se rendre dans leurs fermes pour travailler. Pendant ce temps, le prix du cacao a atteint un minimum de 4 000 FCFA par kilogramme dans la région du Sud-Ouest.

Cette décision des séparatistes anglophones soulève de nombreuses questions sur son impact sur les agriculteurs locaux et sur l’économie régionale dans son ensemble. Les habitants attendent de voir comment la situation évoluera et quelles seront les réponses des autorités face à cette nouvelle restriction imposée dans les régions anglophones du Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi