fbpx

Cameroun Actuel

Les recrues du BIR achèvent avec succès une marche de 400 km dans le Sud-Ouest du Cameroun

Des centaines de recrues en formation pour rejoindre le Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) d’élite du Cameroun ont achevé avec succès une marche éprouvante de 400 kilomètres, arrivant à leur base de Man O’ War Bay à Limbé, dans la région du Sud-Ouest.

Cette marche, une étape cruciale de leur programme d’entraînement, a débuté le 7 juin et a duré 11 jours.

Les stagiaires ont parcouru le trajet de Limbé à Melong, dans la région du Littoral, puis sont revenus, avec 618 recrues ayant accompli ce périple ardu.

Malheureusement, un stagiaire a abandonné en cours de route et un autre a dû être hospitalisé.

Les recrues ont été chaleureusement accueillies à Man O’ War Bay par le superviseur de la base, le Colonel Henri Belinga, et le Préfet du Fako, Viang Mekala.

Le Colonel Belinga a souligné l’importance de cette réalisation, déclarant que l’achèvement réussi de cette marche « confirme qu’ils sont désormais des soldats du BIR. »

Tout au long du parcours, les recrues ont été suivies par une équipe de cuisiniers, de personnels médicaux et de logisticiens qui ont veillé à ce que leurs besoins soient satisfaits en cas de nécessité.

La marche de 400 kilomètres intervient après quatre mois de formation intensive, une tradition qui fait partie du processus de préparation du BIR depuis 2007.

Alors que ces 600 stagiaires effectuaient leur parcours à Limbé, des centaines d’autres recrues accomplissaient une marche similaire à Maroua, dans la région de l’Extrême-Nord.

Ces efforts s’inscrivent dans le cadre d’une initiative plus large du Ministère de la Défense, qui a recruté 1 300 jeunes hommes pour la formation du BIR plus tôt cette année, ainsi que 700 recrues pour la Garde Présidentielle.

Le BIR, connu pour son expertise en matière de défense territoriale et d’opérations de contre-terrorisme, est en première ligne de la lutte contre Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord et de la gestion du conflit séparatiste dans les régions anglophones du Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi