Camerounactuel

Cameroun – Tragédie : deux morts, dont un à l’hôpital après l’effondrement d’un mur à Limbe

Deux dames d’une vingtaine d’années sont mortes dans leur sommeil ce dimanche vers 5h du matin. Elles ont été englouties après l’effondrement d’un mur construit pour une clôture sur leur maison en bois de deux pièces. Le drame est survenu ce dimanche 19 avril 2020 au quartier Caterpillar Field à Limbe.

Les autorités locales et municipales se sont précipitées sur les lieux tôt le matin et les deux dames ont été déclarées mortes sur place. Cependant, un homme pris au piège dans les décombres a été transporté d’urgence à l’hôpital.

Selon des sources locales, les défuntes sont Lum Edith Ngwa, 29 ans et Comfort Ngwegang Ngwa, 25 ans. Le duo, qui serait originaire de Bafut, dans le département de la Mezam, dans la région du Nord-Ouest du Cameroun. Elles font partie des déplacés du conflit armé en cours dans les régions anglophones du pays.

Troisième victime de la tragédie de dimanche matin, Mbuh Emmanuel recevrait des soins médicaux d’urgence à l’hôpital régional de Limbé.

Sur la site de l’incident, le maire de Limbe, Motanga Andrew Monjimba, a déclaré que les pluies de la nuit dernière, associées à la mauvaise construction de la clôture effondrée, étaient responsables de la tragédie.

Chaque année, à Limbe, il y a une histoire de deuil associée aux pluies et à un mauvais aménagement de la ville. Les autorités municipales ont toujours promis de prendre des mesures pour endiguer les marées, mais l’histoire n’a pratiquement jamais changé.

Le suivi montre qu’après de nombreuses années de misère causée par les inondations, souvent associées à la perte d’êtres chers et de biens, les gens reconstruisent sur les terres récupérées qui avaient été abandonnées en raison des inondations et des coulées de boue. Les maisons et les structures connexes continuent de pousser dans les zones à risque sous la surveillance des autorités.

Bien qu’il soit de notoriété publique que les pluies, les inondations et les coulées de boue qui les accompagnent parfois, sont des phénomènes naturels, la construction au hasard des maisons et le déversement aveugle d’ordures ménagères dans les cours d’eau sont à blâmer.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles