fbpx

Cameroun Actuel

Lékié : une affaire d’argent éclate entre les Zomloa qui ont « enterré » Maurice Kamto

Chefs traditionnels de la Lékié

Les Chefs de la Lékié qui ont organisé une cérémonie d’enterrement de Kamto, non seulement risquent de se retrouver en prison pour 10 ans, mais se battent actuellement pour une affaire d’argent. L’argent que leur a promis l’homme qui leur a demandé « d’enterrer » Kamto.

Le spectacle ubuesque n’a pas duré longtemps. Les Chefs de la Lékié dont on a vu les images en circulation sur la toile ces jours, à travers lesquelles ils disaient organiser l’assassinat et l’enterrement de Maurice Kamto, sont désormais à couteaux tirés. Pour cause : le partage de l’argent destiné à cette macabre mise en scène qui frise la hai.ne.

En effet, ce triste spectacle a été tourné vendredi dernier au village Nkolngal =(qui signifie la colline du fusil ou encore la munition d’arme), dans la région du Centre, département de la Lékié, chef-lieu Monatélé. Y ont pris part deux chefs de groupement et quelques Chefs de 3e degré.

Parmi ces Chefs, il y a bien évidemment le Chef du groupement Nkolngal, un certain Ntede par ailleurs Chef du groupement Ekot. C’est lui qui tient la canne sur ces images comme si il fusillait. C’est le même qui était l’hôte de cet appel à la haine masquée sous une macabre, déshonorante et piteuse cérémonie de pratique de sorcellerie à ciel ouvert. C’est lui qui a acheté le cercueil pour la circonstance chez un certain menuisier au nom de Meka Thomas à Monatélé.

Il y a également un autre Chef qui fait dans la communication. Son nom c’est Armand Lavoisier Kono Eyebe, Chef du village Avoh dans le groupement Nkol-Ngal-Ekot par Monatélé. Il est reporter à Cam 10 Tv. Il ne figure pas sur ces images, mais a participé au montage, tirage et impression de la photo de Kamto. kono Eyebe s’est aussi chargé de diffusion dans les médias. Parmi eux, il y avait également un enseignant de lycée technique.

Sachant que ça concernait le président du Mrc Maurice Kamto, ces Chefs qui ont oublié l’affaire Martinez Zogo alors qu’ils avaient promis un tsunami, se sont jetés dans cette mise en scène croyant y sortir avec beaucoup d’argent. Sauf qu’à la fin, ce sont des lamentations. Ntede, le maître de cette cérémonie a remis 2000 Fcfa comme argent de transport aux autres chefs. Nous ne sommes pas à mesure de dire ce que lui même a reçu ou a donné à son alter ego présent.

Un autre chef a eu 20 000 Fcfa. C’est Armand Lavoisier Kono Ayebe. Il était le journaliste de la séance ayant reçu 10 fois plus que les autres car c’est lui qui filmait et s’est chargé de la diffusion. Cette situation a mis en colère les autres Chefs qui se sont confiés à certaines personnes.

Tour ça pour cette minable somme ?

Ce qui est curieux dans cette affaire c’est que les villages de ces Chefs sont caractérisés par une misère ambiante, les maladies provoquées par le fleuve Sanaga dans lequel ils sont allés jeter le cercueil comme pour maudire ce merveilleux fleuve dont ils ne savent rien tirer des richesses immenses.

Deux maladies principales sévissent dans ces zones: l’épilepsie et la cécité. La cécité frappe l’essentiel des populations sédentaires, les rend absolument inaptes. L’épilepsie frappant le reste des populations à cause de cette maladie à des déficiences qui rendent ladite population inapte aux moindres activités intellectuelles et physiques. Ce qui fait le lit de la pauvreté.

On aurait aimé voir ces Chefs exorciser la Sanaga dont ils partent encore rempli de mauvaises énergies de leurs basses intentions qui ne resteront que sur leurs populations. Lorsqu’on sait que les Chefs avaient été arrêtés et contraints de demander pardon à Paul Biya dans l’affaire Martinez Zogo, le silence du régime de Yaoundé vis à vis de cet appel à la haine signifie simplement qu’il est complice.

Cameroun Web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi