Camerounactuel

Le président nigérien déclare que le retrait du Mali marque la « mort » de l’alliance du G5 Sahel

Le président nigérien a déclaré que le retrait du Mali du G5 Sahel, une force multinationale créée pour combattre les militants islamistes, marquera la fin de l’alliance.

Le président Mohamed Bayoum a fait ces remarques dans une interview au quotidien français La Croix. Bazoum a déclaré que l’isolement du Mali sapait la lutte contre les insurgés.

Bamako a annoncé cette semaine qu’il quittait le G5 Sahel, après avoir été empêché d’assumer la présidence tournante du groupe.

Il a reproché à « un État extérieur à la région » d’essayer de fomenter des divisions entre les États membres.

Créée en 2014, l’alliance qui comprend également la Mauritanie, le Tchad, le Burkina Faso et le Niger devait aider les pays à lutter conjointement contre les militants islamistes.

Depuis 2020, les liens du Mali avec l’ancien dirigeant colonial français n’ont cessé de se détériorer. Ce mois-ci, Bamako a ordonné aux troupes françaises de quitter son sol, provoquant la condamnation de Paris.

Le président Bazoum a également déclaré que le Mali n’avait pas envoyé de troupes pour sécuriser sa partie de la « zone des trois frontières », un point du Sahel où se rejoignent les frontières du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Il a déclaré que le territoire avait été repris par des combattants de l’État islamique.

« Notre frontière avec le Mali est sous le contrôle de l’Etat islamique dans le Grand Sahara. Bamako n’a pas investi les avant-postes dans cette zone », a déclaré Bayoum.

Mardi, le Mali a déclaré qu’il avait évité une tentative de coup d’État contre le gouvernement de transition.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi