Camerounactuel

Jules Guilain Kenfack : le Camerounais heureux d’être l’une des 50 personnalités africaines d’Allemagne

Cet ingénieur camerounais basé en Allemagne a été classé le weekend dernier comme l’une des 50 personnalités africaines d’Allemagne Pour ses nombreux travaux sur le numérique. Des applications qui fonctionnent aussi bien au Cameroun qu’en Allemagne. Il revient sur cette distinction.

A l’occasion des Awards qui récompensent les 50 personnalités africaines d’Allemagne qui ont marqué l’année, vous avez reçu un prix. Quels sont vos sentiments après cette distinction ?

Sentiments de fierté, sentiments d accomplissement… Je suis tellement ému et honoré d’avoir reçu ce prix, car il est le résultat de la consécration de tout le travail qui a été fait avec passion et dévouement. Pour cela, je liens à remercier tous les acteurs de cet évènement grâce à qui ce prix m’a été décerné. Cette distinction me conforte dans la voie que j’ai choisie et me donne encore plus de courage pour le chemin qu’il reste à parcourir. Encore Merci

Parlez-nous des actions menées qui vous ont permis de vous distinguer

Disons simplement que je suis actif dans le domaine du numérique depuis pratiquement 6 ans. J’ai mis sur pied un bon nombre d’application dans divers domaines (la fintech avec Djangui tontine, Djanguipay, DjanguiCollect); dans le domaine de l’éducation avec Appacademia; dans le domaine des transports et restauration avec respectivement la plateforme Djangui Travel et Djangui Food pour ne citer que ceux-là.

Au-delà de cela, je pense aussi que je motive énormément de jeunes dans ce secteur à travers mes posts sur les réseaux sociaux. Où j’essaie comme ça de partager le vécu d’un entrepreneur, les défis qu’il fait et bien sûr l’esprit de persévérance qui devrait animer un entrepreneur au quotidien de motivation, le nombre d’emplois que j’ai créés en tant que salarié,, ou même en tant que stagiaire. Car ma structure forme presque 7 stagiaires par ans dans divers secteurs tels que la programmation, le commercial, le marketing.

Vous êtes très impliqué dans le numérique. Parlez-nous de vos différents projets menés dans ce domaine.

J’ai eu à développer et à mettre à disposition plusieurs applications dans le domaine du numérique, à savoir djangui tontine qui est une plateforme dédiée aux associations pour les cotisations en ligne. Elle a connu d’énorme améliorations et nous sommes actuellement sur le point de déployer une nouvelle version qui a été expérimenter par des centaines d’association à travers le Cameroun; ensuite djangui pay qui est une plateforme de paiement électronique pour les transactions financières; djangui collect qui est la plateforme par excellence de collecté pour, les câblodistributeurs, les banques et les micro finances ; Appacademia qui est une plateforme de gestion complète dés établissements scolaires et academiques. En plus de cela, restent à venir d’autres que je garde au four pour le.meilleur â savoir djangui travel, djangui business…

Est-ce que vous travaillez aussi pour des projets qui concernent le Cameroun, votre pays ?

Je compte énormément participer à l’émergence de mon pays; pour cela, j’ai mis sur pied la startup APPFABRIK qui offre des emplois et des stages aux jeunes diplômés pour lutter contre le chômage dans mon pays. Elle offre aussi des programmes de formation pour les jeunes passionnés du numérique grâce à laquelle ils peuvent se lancer dans l’auto-emploi.

Actuellement, nous avons mis sur pied un projet nommé APPACADEMIA SURVIVAL qui me tient particulièrement à cœur, pour pallier au problème de scolarisation des jeunes dans les zones à risque tels que le NOSO et le Nord du Cameroun, et nous comptons mettre cela au service du gouvernement camerounais.

Comment trouvez-vous le développement numérique en Afrique ?

Pour l’instant, je trouve que le développement du numérique en Afrique n’est pas encore a son apogée, et pourtant, I Afrique est le continent qui a ie plus à gagner de la révolution numérique. Près de 40% du système africain est en train de se digitaliser vu que nous courrons tous au monde de la numérisation car nous devons savoir que le numérique peut bien projeter l’Afrique dans une dimension supérieure

Un dernier mot ?

Comme mot de fin, je dirai tout simplement que l’Afrique est un continent plein d’opportunités. Dans le monde du numérique, il y a encore beaucoup à faire et mon équipe et moi comptons réellement apporter notre contribution en résolvant les nombreux problèmes auxquels l’Afrique fait face. Nous avons eu la chance d’étudier en occident dans de grandes écoles.

Nous savons exactement ce dont l’Afrique a besoin en termes d’innovation et nous ne devons pas laisser les occidentaux apporter des solutions à ces problèmes. La chance que nous avons avec le numérique est qu’il ne demande pas d’énormes moyens. Il ne faut que le temps, un ordinateur, une connexion internet et le tout est joué.

Propos recueillis par Hugo Tatchuam (jade)

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles