Camerounactuel

Huiles végétales raffinées : pénurie et flambée chronique des prix à l’Est

Depuis les fêtes de fin d’année, les populations de cette région sont durement affectées par cette situation et par cette inflation galopante du prix du litre d’huile.

L’attroupement observé devant les services de la délégation régionale du commerce de l’Est n’a pas diminué depuis les fêtes de fin d’année 2021. De lundi à vendredi, c’est une véritable gymnastique pour se procurer deux litres d’huile végétale raffinée vendus à 1150 francs Cfa le litre par personne.

Pour espérer rentrer en procession de ce produit indispensable, il faut se lever tôt pour être présent au moment de la vente des cartons disponibles. Entre 08 heures et 09 heures, hommes et femmes parfois révoltés s’alignent et se bousculent dans le rang imposé par le protocole, sous le regard amusé des responsables de ce service.

« Il n’y pas l’huile vésétale au marché. Et quand bien même vous en trouvez, le litre est vendu à 2000 francs Cfa et parfois plus. C’est à prendre ou à laisser. Raison pour laquelle nous venons ici », explique courroucé Bernadette Bilounga qui est arrivée après 09 heures ce jeudi 13 janvier 2022.Comme elle, plusieurs autres femmes sont rentrées bredouilles et mécontentes.

Cette vente spontanée d’huile végétale raffinée est une initiative de la délégation régionale du commerce pour « dissimuler » la pénurie et la hausse vertigineuse des prix observée dans l’ensemble des marchés de la région de l’Est depuis quelques mois.

Rencontré à son bureau, Mme Adeline Laure Tangmo, chef service de la promotion et du suivi des activités commerciales à la délégation régionale du commerce de l’Est hésite de donner une explication claire à cette situation inquiétante. Il a fallu un échange téléphonique avec son délégué régional en déplacement pour indiquer que « les prix des huiles végétale s n’ont pas changé sur le marché. Ici à la délégation régionale du commerce, le litre d’huile végétale raffinée est vendu à 1150 Francs Cfa. Les contrôleurs des prix sont sur le terrain tous les jours pour anticiper toute tentative de hausse des prix.

Lorsqu’un commerçant est surpris en flagrant délit d’inflation on saisit les stock vendus pour les revendre dans nos services comme c’est le cas à présent ». Une explication qui ne tient pas la route face aux multiples plaintes des consommateurs qui pensent que si cette situation perdure, elle risque de plonger des millions de personnes vivant dans cette région dans l’insécurité alimentaire.

« Le comble dans ce cinéma organisé par ta délégation régionale du commerce de l’Est est que ce sont ces mêmes petits commerçants véreux qui organisent des charters de 20 à 30 personnes pour venir acheter t’huile vendu à 1150 Francs Cfa pour aller revendre à 2000 Francs voire 2300 Francs le litre. Un prix qui n’est pas à la portée de tous », dénonce un consommateur.

Rareté de la matière première

Pour Haman Ahdamou, président directeur général de Soaneg, une entreprise de distribution et de commercialisation des produits agroalimentaires basée à Bertoua, cette pénurie des huiles végétales raffinées est réelle.

« Il y a rupture des stocks auprès de nos fournisseurs habituels. C’est la raison pour laquelle l’huile végétale raffinée manque sur le marché. Même pendant la période des fêtes de fin d’année on ressentait déjà cette pénurie mais, elle n’était pas accentuée comme c’est le cas actuellement ».

Dans les rayons de cet espace marchand, comme dans d’autres boutiques des grossistes de la ville de Bertoua, les rayons sont effectivement vides. Selon Haman Ahdamou, le problème serait lié à la rareté de la matière première.

Et cette rareté qui crée une augmentation des prix de vente des stocks encore disponibles de 1200 Fcfa à 2000 voire 2300 Fcfa à certains endroits amène les consommateurs à faire recours à l’huile de palme dont le prix a également grimpé à 1500 Francs Cfa le litre.

En attendant les solutions du gouvernement pour une véritable production des huiles végétales au Cameroun, c’est le pauvre consommateur au faible pouvoir d’achat qui est la principale victime.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles