Camerounactuel

Grippe aviaire : le Sud renforce la surveillance épidémiologique

La réunion d’information, de sensibilisation et de prévention s’est tenue le 15 février dernier à Ebolowa entre l’administration en charge de l’Elevage des pêches et des industries animales, les éleveurs et les principaux acteurs de la filière avicole dans la région du Sud, sous la présidence du délégué régional.

Il a été question de rassurer les éleveurs quant à l’avenir de leur activité, depuis la déclaration d’un foyer de l’épizootie de la grippe aviaire à Bamengou dans la région de l’Ouest. Grand bassin de production, des poulets de chair, des pontes ainsi que des œufs de table. Il est question pour le responsable régional du Minepia, d’avoir une vigilance accrue pour tous les acteurs de la filière, ceci par le respect des prescriptions du patron de ce département ministériel.

Bien que la région du Sud ne soit pas encore affectée, on peut utiliser l’adage qui dit que « prévenir vaut mieux que guérir », c’est dans cette prévention que se situe la rencontre avec les acteurs de la filière avicole. D’où ces dispositions particulières pour la circulation de la volaille et des autres intrants de l’élevage. Cette réunion a servi de moment d’échange entre le délégué régional du Minepia Dr Jean Fabrice She, les éleveurs et autres acteurs de la filière.

Pour lui, « (a grippe aviaire est une maladie virale, on ne la soigne pas encore. Elle se transmet rapidement entre les sujets, même l’homme peut être contaminé, d’où ce problème de santé publique. Ainsi, l’état se doit de prendre tes dispositions en vue de pallier au plus pire. Car, certains ont perdu en volaille, en œufs de table déjà ».

Il faut noter ainsi que l’alerte est déclenchée dans les différentes régions, parce qu’on est tenté d’aller se ravitailler ailleurs. Aujourd’hui, il est question d’identifier les fermes qui ont reçu les produits venant d’ailleurs, avoir le certificat de déstockage de la volaille, des œufs de table, de la provende, et des poussins d’un jour.

Pour avoir droit à un certificat spécial de transport des produits de l’élevage, c’est bien ceux à quoi les acteurs de la filière avicole devront s’attendre désormais. Pour cela, les brigades de contrôle seront donc renforcées, de jour comme de nuit en vue de veiller à la conformité et à l’application stricte de cette disposition gouvernementale.

Pour Dr Benoit Malenou, délégué départemental Minepia Mvila, « des checkpoints seront établis à Centrée et à la sortie du département de la Mvila à savoir, Ngoulemakong, Mengong, Nnemeyong et Djop. Ces contrôles pourront également se faire de manière inopinée, sans oublier que les contrôles de routine vont se poursuivre pour vérifier toutes ces certifications édictées ».

Mesures d’hygiène et de biosécurité dans les fermes Il est question d’établir la traçabilité des différents produits, et de sauver le cheptel local ainsi, toute situation suspecte doit être dénoncée .11 est important que les uns et les autres adoptent les mesures d’hygiène et de biosécurité dans les fermes.

De manière unanime, les éleveurs et autres acteurs de la filière avicole ont salué la tenue de cette rencontre et souhaitent de manière régulière être informés, et d’en bénéficier des formations y relatives. C’est une invite aux différents acteurs de cette filière à se souder les coudes en vue de protéger leurs activités car, le virus décime tout et en une fraction de secondes. La balle est donc dans le camp des éleveurs qui devront collaborer entièrement avec les équipes du Minepia.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi