fbpx

Cameroun Actuel

Emprunt obligataire 2023 du Cameroun : le Gabon 1er souscripteur étranger avec 22,2 milliards de FCFA

Les investisseurs installés au Cameroun ont procuré au Trésor public, une enveloppe représentant 77,5% des 176,7 milliards de FCFA mobilisés dans le cadre de l’emprunt obligataire 2023 de l’État, après la surallocation autorisée par la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf). Calculette en main, selon les données révélées par le ministère des Finances, cela représente une somme de 137 milliards de FCFA.

La 2e plus grosse enveloppe est venue du Gabon, faisant de ce pays le premier souscripteur étranger. Les investisseurs de ce pays de la Cemac, qui a pourtant lancé un emprunt obligataire de 150 milliards de FCFA pratiquement au même moment que le Cameroun, ont souscrit à l’emprunt camerounais à hauteur de 22,2 milliards de FCFA, soit 12,6% de la cagnotte globale.

Viennent ensuite les investisseurs de la Guinée équatoriale avec un peu plus de 6 milliards de FCFA (3,4%), du Congo avec 5,5 milliards de FCFA (3,14%), du Tchad avec un peu plus de 5 milliards de FCFA (2,83%), et enfin de la RCA avec près d’un milliard de FCFA (0,57%). Au total, selon les chiffres officiels, la zone Cemac aura procuré au Cameroun 99,99% de son appel public à l’épargne de l’année 2023, soit la quasi-totalité de l’enveloppe recherchée.

Comme à l’accoutumée, les banques et les établissements financiers ont été les supers stars de cette opération, avec 64,08% des souscriptions globales, ce qui représente une enveloppe totale de 113,2 milliards de FCFA. Les entreprises non bancaires ont quant à elles misé 41,3 milliards de FCFA dans cette opération, soit 23,41% de la cagnotte globale. Les personnes physiques, elles, ont souscrit à hauteur de seulement 22,1 milliards de FCFA (12,51%).

Ruée sur les titres de courtes maturités

Pour rappel, initialement prévu pour 200 milliards de FCFA, le dernier appel public à l’épargne du gouvernement camerounais à la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac) a finalement été ramené à 150 milliards de FCFA, en raison des conditions difficiles du marché.

Afin de s’assurer du succès de l’opération, l’État du Cameroun, à travers le ministère des Finances, a négocié et obtenu une prise ferme de 104 milliards de FCFA du consortium d’arrangeurs retenu pour l’opération. Ce qui lui garantissait déjà 70% des 150 milliards de FCFA recherchés, avant même l’ouverture des souscriptions. Celles-ci ont eu lieu du 15 au 30 juin 2023.

Au regard de la météo plutôt défavorable sur le marché des capitaux sous-régional, marquée notamment par la pratique des taux d’intérêt élevés, le gouvernement camerounais, fidèle à sa politique de maîtrise des coûts, a décidé d’expérimenter pour la première fois en Afrique centrale un emprunt obligataire à taux multiples. Ce type d’opération a la particularité de donner aux investisseurs la… […] Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi