Camerounactuel

Crise anglophone : la sénatrice Régina Mundi toujours dans les griffes des Amba boys

La sénatrice du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) compte déjà plus de 7 jours passés entre les mains de la faction d’ambazoniens qui l’a enlevée.

Introuvable ! La sénatrice du parti au pouvoir Régina Mundi a déjà passé 8 jours entre les mains de la faction d’Ambazoniens qui l’a enlevé. Jusqu’ici, on n’a toujours pas de ses nouvelles. Même si on se rappelle que le gouverneur de la région du Nord-Ouest Adolphe Lele Lafrique avait indiqué que tout est fait pour la retrouver. Le Pr Edouard Bokagne pense que la parlementaire qui jouissait d’une protection spéciale, est une die-heart rdpciste.

«Il y a quelques jours, un groupe séparatiste – sans doute le plus virulent – les Adf de Lucas Ayaba Cho ont enlevé l’Honorable Regina Mundi dont je vous avais tantôt parlé. Madame Mundi est une die-heart rdpciste : une de celles qui sont allées au charbon pour l’État camerounais en qui elle croit et a toujours cru. Depuis le début de la crise qui secoue le Noso, Madame Mundi a toujours vécu à Bamenda sans protection spéciale. La situation du Noso n’est pas ce que vous croyez. Je vous ai dit et redit : elle est un espace de clair-obscur fait de curieux deals intra-communautaires dans quoi tous les fils de là-bas se comprennent. On sait là-bas qui est qui et qui fait quoi», a- t-il écrit dans sa tribune disponible sur sa page Facebook et qui est consacrée à cette dernière.

Notre confrère Cameroon web dans une de ses publications la semaine dernière, indiquait que la sénatrice Régina Mundi a été oubliée par le président national du Rdpc Paul Biya. En attendant de voir plus clair, rappelons que Régina Mundi a été enlevé le samedi 30 avril dernier, dans la ville de Bamenda, précisément dans la localité de Foncia Street.

«Au moment de son rapt, elle était en compagnie de son chauffeur, lui aussi enlevé à bord de leur véhicule », a fait savoir Adolphe Lélé Lafrique, le gouverneur de la région du Nord-Ouest. La faction d’ambazoniens qui l’a enlevée est divisée sur la contrepartie de sa libération. Il y en a qui réclament la mise en liberté de 75 prisonniers. L’autre veut une rançon dont nous ignorons le montant.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles