Camerounactuel

Coronavirus : à qui profite le marketing du chaos ?

Par Thierry ELOUNDOU

Depuis quelques semaines, le monde est en ébullition à cause de cette nouvelle trouvaille dénommée corona virus. Le Cameroun qui ne vit pas en vase clos a connu ses premiers cas, (cinq à la date du 16 mars 2020, dont deux totalement guéris selon les sources officielles). Partie de la Chine, cette maladie s’est propagée dans le monde et tout particulièrement en Europe, notamment en France et en Italie où la situation est assez préoccupante il faut l’avouer.

Préoccupante au point où ces pays ont arrêté de vivre, essayant comme ils peuvent de limiter les dégâts. Loin de rester indifférent à ce qui se joue dans ces pays, ce qui m’intéresse le plus c’est la situation camerounaise. Aujourd’hui, plusieurs voix s’élèvent pour demander la fermeture des frontières, l’arrêt des activités, etc, etc…

Tout ceci est bien beau. Mais en restant lucide juste le temps d’un instant, sommes-nous vraiment capables de nous payer le luxe de faire certaines choses? Sommes-nous vraiment capables de vivre coupés du monde comme certains pays le font actuellement ? Je suis assez sceptique sur la question.

La situation sociale du Cameroun oblige le Camerounais normal à travailler tous les jours pour pouvoir manger. Il est impensable pour un Camerounais normal de rester à la maison pendant une semaine sans produire et espérer vivre. C’est triste de le dire mais il faut noter que même ceux qui sont salariés ne sont pas mieux lotis. Une étude faite il y a quelques années démontre que les salariés (camerounais) s’ils ne sont pas payés pendant deux mois, ils tombent dans la misère absolue. Alors dans ce contexte, il devient inimaginable de penser qu’on peut demander aux Camerounais de rester à la maison ne fut-ce que pendant une semaine.

En admettant même un seul instant que nous Camerounais pouvons rester inactifs et survivre, que faisons-nous de notre contexte où Eneo décide de vous priver d’électricité quand il veut, où allons-nous trouver l’eau potable au quotidien pour survivre si en temps normal nous sommes obligés de trainer des bidons sur plusieurs kilomètres pour se ravitailler.
Sur un plan macro, c’est une lapalissade que de dire que le marché camerounais dépend fortement de l’extérieur.

Fermer les frontières veut dire arrêt des importations, combien de jours vont tenir les stocks actuels?? Si nous prenons juste une denrée comme le riz qui est la nourriture principale des camerounais. En temps normal, ce n’est pas déjà évident d’en trouver en abondance, imaginez donc que nous nous retrouvions en situation de récession, seuls quelques privilégiés pourraient faire du stock, le gros des Camerounais serait dans la merde totale.

Ce qui est valable pour le riz le sera pour tous les autres produits. Tenez à titre d’illustration, pas plus tard que ce matin, je me suis arrêté dans une pharmacie à Bastos pour acheter du désinfectant pour les mains. Le flacon qui se vend habituellement à 900francs m’a été proposé à …. 3500francs. Au secours Seigneur !!! Imaginez donc ce que serait la situation en cas de pénurie réelle…
Le corona virus est un fléau, cela ne se discute pas. Mais il faut rester lucide et se dire que certains actes auraient des conséquences mille fois plus dévastatrices que la maladie elle-même. Si on s’en tient à toutes les littératures qui nous inondent parlant du corona, on est tenté de croire, sans banaliser le risque, que ce virus n’est pas la terreur qu’on veut bien nous faire croire. Si sur cinq cas au Cameroun deux sont guéris, il y’a des raisons de s’interroger sur la dangerosité réelle de ce virus. N’est ce pas simplement un effet de ce marketing du chaos??

Avec un triomphalisme à peine voilé, certains annoncent le report du championnat d’Afrique de football, mais permettez moi juste de poser la question, un stade plein de spectateurs a quoi à envier à un marché mokolo où plus de deux cent mille personnes se marchent dessus tous les jours dans une promiscuité indescriptible. Quand je parle de mokolo, je parle de mboppi, mvogbi etc… Et n’est ce pas un paradoxe de reporter ou annuler le CHAN pendant qu’on programme la finale de la champion’s ligue africaine à Japoma le 29 mai??

Je le redis encore, loin de moi l’idée de banaliser le risque d’infection au Corona Virus, mais je ne peux m’empêcher de croire qu’il y a de la surenchère dans l’air. Les mesures que proposent certains risquent causer deux mille fois plus de dégâts que la maladie elle-même…

L’heure est à la réflexion et à l’adoption des comportements responsables. Observer toutes les mesures d’hygiène prescrites par les autorités sanitaires. Surveiller les entrées sur le territoire, je parle bien de surveiller les entrées, et non interdire les entrées. Adopter les comportements responsables. Mais permettre au Camerounais de travailler, de lutter pour leur survie quotidienne.

Et si le corona pouvait permettre que l’on se penche sur les autres fléaux, ce serait bien, car ne l’oublions pas, pendant qu’on pleure les 4000 morts causées par le Covi19 dans le monde, on ignore à côté les 140mille morts causées par le paludisme, les 18mille morts causées par le cancer, les 70mille morts de suite de Sida, ou encore les près de 180mille morts causées par les accidents de la route, seulement depuis le début de l’année.

Que Dieu nous protège….

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles