Camerounactuel

Comment la crise anglophone plombe l’éducation de plus de 700.000 enfant au Cameroun

Le Cameroun célèbre ce 24 janvier 2023 la 5ème édition de la journée mondiale de l’éducation sous le thème « investir dans l’éducation, une priorité ». 5 ans après le début de la crise anglophone caractérisée par l’incendie des écoles, l’état du secteur est déplorable avec de nombreux parents qui se demandent si leurs enfants pourront un jour retourner à l’école sans aucune crainte.

« Depuis 2017, l’éducation de 700 000 enfants dans les deux régions anglophones du Cameroun a été perturbée par les insurgés séparatistes et les militaires. Les leaders séparatistes ont sans cesse ordonné la fermeture de nombreuses écoles dans ces deux régions, en particulier le lundi, qui est jusqu’à présent considéré comme une ville fantôme et mortelle. Malheureusement, ceux qui souffrent le plus sont les enfants et les jeunes qui paient le prix fort en sacrifiant leur avenir« , indique un communiqué de l’International Crisis Unit Group.

Plus de 6 000 familles ont été déplacées et près de 500 000 personnes se sont vu refuser l’accès aux services publics dans les régions anglophones, ce qui prive la plupart des jeunes camerounais d’éducation. Les familles ont été contraintes de déménager, les enfants ont abandonné leurs anciennes écoles et leurs amis et n’ont d’autre choix que d’adopter des systèmes éducatifs étranges dans différentes régions, rapporte CNN.

« Le ciblage des écoles a eu un effet dévastateur sur nos filles, car beaucoup sont tombées enceintes, ont été violées, ont vendu leur corps pour de l’argent, etc. Les femmes sont différentes des hommes. Nos garçons peuvent rester à la maison aussi longtemps que possible et trouver des emplois locaux dans les environs, mais les filles, plus elles se déplacent, plus elles deviennent vulnérables« , explique Elcee Manyi Tabot, un parent de Buea.

« La journée mondiale de l’éducation est célébrée cette année et nous sommes en 2023, nous entendons parler de paix tous les jours ici et là mais pas de dialogue. Nos enfants ne peuvent pas librement porter des uniformes à l’école ou essayer le lundi comme un jour d’école normal. En fait, à Bamenda, nos enfants restent parfois des semaines à la maison sans école. Pendant combien de temps ? Alors pourquoi célébrons-nous la journée de l’éducation ? » raconte Ako Brackson Tamfo, enseignant à Bamenda.

Les partenaires internationaux qui ont tenté d’amener le gouvernement camerounais à résoudre la crise par le dialogue ont tous échoué jusqu’à présent.

CNA

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

1 réflexion sur “Comment la crise anglophone plombe l’éducation de plus de 700.000 enfant au Cameroun”

  1. Lamido Cameroon

    Education au Cameroun comme tout les pays Africans c est zero car elle est faite dans les langues des colons criminels!! CES imbeciles Camerounais se battent pour les langues etrangers!! Les sale negres ne سه revaillent pas meme pendent 2 milliards annees!! Moi je suis ni Franco ni anglo!! Mais Camerounais et Fulbe!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi