Camerounactuel

Boris Bertolt : «le soutien de Cabral Libii à Nourane Foster est malhonnête» 

Selon le lanceur d’alerte Boris Bertolt, le parlementaire Cabral Libii ne devrait pas soutenir Nourane Foster dont les boissons éclaircissantes sont mises en cause.

Le lanceur d’alerte Boris Bertolt ne voit pas d’un bon œil, le soutien affiché de Cabral Libii président du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN) à Nourane Foster sa camarade de l’Assemblée nationale et militante de son parti politique. Rappelons au passage que le leader du PCRN a volé au secours du député Nourane dont les boissons éclaircissantes ont été interdites de vente hier 10 août 2022 par le ministre de la Santé à la suite d’un reportage de France 24.

«J’ai lu comme beaucoup de Camerounais, le soutien apporté par Cabral LIBI à la députée NOURANE Foster. Mais ce qui est triste dans la sortie de Cabral LIBI c’est qu’il remet en cause les arguments du ministre de la Santé qui suspend la vente de ces produits sur la base de leur dangerosité pour la population. Cabral LIBI soutien plutôt le droit des populations à se décaper. Cette sortie est l’une des marques pas seulement de cynisme mais de la méchanceté du député», écrit le lanceur d’alerte.

Ignorance

En prenant parti pour le député Nourane Foster, le lanceur d’alerte croit savoir que Cabral Libii surfe sur deux choses à savoir l’ignorance de la population et le sentiment anti français.

«1ere chose en mettant en avant France 24, il veut détourner l’attention de l’opinion sur le principal pour l’inscrire dans le registre de l’opposition à la France. 2ème chose en convoquant ses arguties scientifiques il parle en réalité à une majorité de sa base politique simplement ignorante et appartenant au Lumpen Prolétariat. On ne peut prétendre vouloir diriger un pays et vouloir encourager les populations de ce pays à se blanchir la peau. C’est simplement irresponsable. Mais en réalité c’est l’une des preuves que Cabral LIBI n’a pas à proprement parlé de convictions, de vision. Il fonctionne à l’opportunité. Qu’elle soit financière, rentière ou électorale», écrit Boris Bertolt.

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi