fbpx

Cameroun Actuel

Attaque meurtrière dans la péninsule de Bakassi : trois gendarmes camerounais décapités par un groupe séparatiste pro-Biafra

Dans la péninsule de Bakassi, un groupe séparatiste pro-Biafra connu sous le nom de Black Marines a récemment mené une attaque sanglante qui a coûté la vie à trois gendarmes camerounais à Isangele, dans la subdivision de Ndian de la région du Sud-Ouest du Cameroun. Cette information a été rapportée par le journal National Daily au Nigeria.

Selon des sources internes, quatre membres des Black Marines sont arrivés en bateau rapide aux alentours de 5 heures du matin mardi. Près du rivage, ils ont abandonné leurs embarcations et se sont jetés à l’eau pour tendre une embuscade aux gendarmes. Un gendarme a été abattu et deux autres ont été décapités, d’après les médias locaux. La Ligue des Nations Biafra a confirmé l’acte, mais n’a pas fourni de détails supplémentaires.

Jusqu’à présent, l’armée camerounaise n’a pas fait de déclaration concernant cette attaque signalée. Il convient de noter que cette attaque survient après qu’un attentat suicide revendiqué par le BNL ait tué environ sept soldats de l’unité d’élite BIR (Bataillon d’Intervention Rapide) vendredi dernier.

En réponse à cet attentat, le BIR avait lancé un mandat d’arrêt contre Henry Edet, coordinateur opérationnel du BNL, et renforcé son offensive contre le groupe militant. Il y a quelques mois, le BNL avait prétendu que ce même Henry Edet avait été capturé par le BIR.

Une force militaire conjointe composée de soldats camerounais et nigérians a attaqué les combattants du BNL jeudi matin, blessant au moins deux membres des Black Marines, selon les déclarations du BNL.

Par ailleurs, les Biafrans auraient fait exploser un autre engin dans une localité frontalière maritime de Bakassi, causant la mort de plusieurs soldats jeudi matin.

Ces événements tragiques témoignent de la persistance des tensions et des violences dans la région de Bakassi. Il est essentiel que les autorités camerounaises et les groupes séparatistes engagent un dialogue constructif pour trouver une solution pacifique et durable à ce conflit. La stabilité et la sécurité de la région en dépendent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi