fbpx

Cameroun Actuel

Vaud va revoir l’indemnisation des agriculteurs expropriés

A son tour, Lausanne se dote d’un Plan biodiversité. Il comprend une vision pour 2031 et plusieurs cibles que la capitale vaudoise souhaite atteindre dès 2026. Une enveloppe d’un million de francs est prévue pour ce programme.

Parmi ses projets-phares, Lausanne souhaite notamment relier ses différents parcs par des « corridors de biovidersité », a indiqué lundi Fanny Allienne, cheffe de la Division nature au Service des parcs et domaines. Pour y parvenir, la ville veut créer 3000 m2 de petites prairies et autres milieux permettant le déplacement de différentes espèces.

Toujours pour 2026, Lausanne veut planter 1000 m2 de haies et bosquets indigènes pour développer « une trame verte », a poursuivi la responsable. Il s’agit, là aussi, de « mettre en réseau » et permettre « une continuité » entre plusieurs réservoirs de biodiversité. Cette trame devra également être « bleue » avec, par exemple, la création de dix nouveaux étangs pour les amphibiens.

Nichoirs et lagune

Un projet de lagune au parc Louis-Bourget et la poursuite de la renaturation de cours d’eau, comme la Chamberonne, sont également mentionnés dans le Plan biodiversité.

Il est aussi prévu de profiter des espaces bâtis et des jardins pour mieux accueillir la faune et la flore. Cela se traduira notamment par l’aménagement sur des bâtiments de 30 nouveaux lieux de nidification pour les chauves-souris, hirondelles et autres martinets.

Parallèlement, la Ville veut continuer de sensibiliser et mobiliser sa population. Elle souhaite soutenir dix nouvelles réalisations en faveur de la biodiversité initiées par la population et les autres acteurs de la société civile.

En matière de planification territoriale également, un objectif a été fixé pour 2026: la mise à disposition d’au moins 20% d’espace dédié à la biodiversité dans les espaces verts. Parmi les autres axes d’action, un travail sur les sols et la mise en obscurité de certaines zones sensibles sont prévus.

« Ecrin fabuleux »

Pour la municipale Natacha Litzistorf, les villes réunissent à la fois des opportunités et des risques en matière de biodiversité. Et si ces opportunités sont saisies, la ville peut devenir « un écrin fabuleux pour la biodiversité », a-t-elle affirmé.

Les réalisations prévues par ce Plan biodiversité ne sont pas « bling-bling » mais, mises ensemble, elles doivent permettre à Lausanne d’enrayer la perte de biodiversité sur son territoire. « Chaque…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi