fbpx

Cameroun Actuel

Urbain Olanguena Awono : « je viens d’entamer la 17ème année de ma détention arbitraire au Cameroun »

Urbain Olanguena Awono

A l’occasion du dix-septième anniversaire de son incarcération le 31 mars 2024, l’ancien ministre de la Santé publique Urbain Olanguena Awono envoie un message au public. Au terme de 16 ans déjà passés derrières les barreaux, l’ancien membre du gouvernement continue de plaider son innocence en dénonçant un « assassinat judiciaire ».

« Jour pour jour, il y a exactement 16 ans que j’ai été arrêté, humilié et jeté en prison et je viens d’entamer la 17ème année de ma détention arbitraire au Cameroun. Mon cher pays, que j’ai servi avec un dévouement et une intégrité incontestables, avec des résultats tangibles et mesurables dans l’exercice de mes diverses fonctions.

Voilà un homme broyé, un destin brisé et des dommages irréversibles subis. Or, factuellement et rigoureusement parlant, aucune preuve, absolument rien, n’a établi à mon encontre, selon les exigences de la loi, ni un détournement des deniers publics ni un enrichissement personnel. La justice a dû inventer la notion absurde de « détournement par assimilation » pour parvenir à ses fins. En vérité, Je n’ai détourné aucun centime de l’Etat du Cameroun.

Pourtant, sous l’effet d’influences souterraines et par le jeu d’une mascarade et d’une parodie de justice, j’ai été injustement condamné à de très lourdes peines de prison sur la base des accusations sans fondement, mensongères et cyniquement saucissonnées. Soit 10 ans puis 20 ans de réclusion criminelle sans crime commis.

Le harcèlement judiciaire se poursuit, plus de 16 ans après, avec un troisième procès surréaliste du fait d’autrui issu du même dossier, suite à 12 années d’une instruction hors délais, galvaudée et conduite en violation manifeste des lois de procédure pénale en vigueur.

Cet « assassinat judiciaire » orchestré contre ma personne, à l’instar de tant d’autres touchant des dignitaires et hauts serviteurs du pays, simplement soupçonnés d’avoir lorgné les cimes du pouvoir, est aux antipodes de l’Etat de droit et n’honore ni la justice ni la République.

Mais par-delà les intérêts égoïstes et les cynismes indifférents, déconstructeurs et destructeurs à l’œuvre au niveau des dirigeants et l’immense apathie de la société camerounaise malgré les énormes gâchis observés, l’intérêt de tous aujourd’hui ne serait-il pas de s’éveiller et de s’orienter, comme cela se fait à maints endroits de conflits, vers le chemin de la réconciliation, de l’apaisement et de la cohésion sociale pour préserver l’avenir du Cameroun ?

Il est évident que, dans un contexte inédit d’incertitude paroxystique, tout citoyen avisé comprend l’importance de ce questionnement et l’appréhende certainement avec gravité. Dans ce sens, il me paraît judicieux, responsable, urgent et de grande sagesse, pour sauver la République, d’engager un processus de décrispation guidé par la lumière du pardon, afin d’ouvrir de nouveaux horizons à la nation camerounaise dangereusement fragmentée.

Quoi qu’il en soit, et bien au-delà de la volonté des hommes, il y a la volonté de DIEU, le Grand Maître de Tout. Par cette transcendance spirituelle, il faut comprendre que le temps et l’histoire structurent en permanence la mystique de la vie et, avec elle, la vérité triomphe toujours. Dans cette projection, l’idéal rêvé d’une société de confiance et de justice pour un Cameroun d’espérance n’est pas une utopie. Car dans la vie des hommes comme des nations, il n’y a point de ténèbres sans espoir de lumière ».

Urbain OLANGUENA AWONO
Ancien Ministre de la Santé
Prisonnier Politique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi