fbpx

Cameroun Actuel

Une première: l’Inde enverra des tigres au Cambodge

L’Inde enverra cette année quatre tigres au Cambodge. Une première destinée à faire revivre la population de tigres du royaume d’Asie du Sud-Est, pratiquement éteinte, a annoncé jeudi l’ambassadrice indienne à Phnom Penh.

« Si le projet réussit, il s’agira du premier projet de transfert de tigres jamais réalisé dans le monde », selon l’ambassadrice, Devyani Khobragade. « C’est un projet historique », s’est-elle félicitée.

Aucun tigre n’a été repéré au Cambodge depuis 2007, lorsque le dernier individu a été filmé par une caméra piège. Les tigres d’Indochine, qui peuplaient jadis en grand nombre les forêts cambodgiennes, sont considérés depuis 2016 comme une sous-espèce « fonctionnellement éteinte », victime du braconnage selon les écologues.

Forêt de 90 hectares

Les nouveaux arrivants, un mâle et trois femelles, seront transférés dans un premier temps dans une forêt de 90 hectares située dans une réserve naturelle dans la jungle des Cardamomes (sud-est) pour qu’ils puissent s’acclimater à leur nouvel environnement avant d’être relâchés dans la nature.

En février, ont été installées plus de 400 caméras à un kilomètre d’intervalle dans la réserve des Montagnes des Cardamomes pour assurer le suivi de la faune sauvage, notamment des proies habituelles des tigres comme les cerfs et les sangliers.

Avant d’envoyer les quatre tigres au Cambodge, conformément à un accord signé en 2022, l’Inde veut s’assurer qu’il y a suffisamment de proies pour les fauves et aucune possibilité de braconnage, a déclaré l’ambassadrice.

Dès que les données concernant les proies sont disponibles et que la saison des moussons s’achève, « nous devrions avoir ces tigres », a assuré Mme Khobragade à la presse. Si tout se passe bien, leur arrivée pourrait « même avoir lieu avant novembre ou décembre », a-t-elle ajouté.

Les tigres porteront des émetteurs

Le ministère cambodgien de l’Environnement et l’ONG de défense de la nature Alliance de la Faune sauvage (WA) se sont déclarés convaincus que la zone d’accueil était prête pour les tigres.

« Il n’y a pas de pièges dans la zone centrale (où évolueront) les tigres, zéro, et cela promet de rester ainsi », a constaté la fondatrice et directrice de WA Suwanna Gauntlett.

Seize postes de gardes ont été mis en place autour de la zone, dont un poste d’observation pour surveiller les tigres, ainsi qu’un enclos, un tunnel pour les proies et un point d’eau,…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi