fbpx

Cameroun Actuel

Un élève de 13 ans décède après avoir « reçu deux coups » de fouet

Une élève de 13 ans, Mbong Vera, en classe de 3e au Collège COHAS à Douala, a perdu la vie après avoir reçu deux coups de fouet sur les paumes de ses mains par un enseignant, Arrey Clement. L’incident s’est produit lors d’une mesure disciplinaire où toute la classe a été soumise à des châtiments corporels pour n’avoir pas rendu un devoir assigné une semaine plus tôt.

Selon les rapports, l’enseignant d’économie, Arrey Clement, s’est fâché lorsque toute la classe n’a pas présenté le devoir. Dans une tentative d’instaurer la discipline, il a décidé d’administrer deux coups de fouet à chaque élève sur les paumes de leurs mains.

Tragiquement, Mbong Vera s’est effondrée quelques minutes après avoir reçu sa punition. Elle a été rapidement transportée à l’hôpital de district de Deido, où son état s’est détérioré, entraînant sa mort prématurée.

Des témoins de la classe ont raconté l’événement bouleversant, avec un élève expliquant : « Nous n’avons pas rendu notre devoir, et l’enseignant était amer à ce sujet ce matin. Il a décidé de nous fouetter tous. Quelques minutes plus tard, Vera s’est effondrée, et nous avons appris la nouvelle de sa mort. »

« Vera a été fouettée comme nous tous. Je ne peux pas vraiment expliquer ce qui lui est arrivé. C’est tellement déchirant », a ajouté un autre élève.

L’explosion d’Arrey Clement ce jour-là est d’autant plus déconcertante que ses collègues le décrivent comme un enseignant posé qui réprouve la violence.

Un collègue a exprimé son incrédulité, déclarant : « M. Arrey est un enseignant très calme. Il discipline rarement ou punit les élèves. Il nous conseille généralement de ne pas recourir à la punition physique. Je ne comprends pas ce qui s’est passé aujourd’hui, et c’est plutôt malheureux que cela soit arrivé à quelqu’un comme lui. »

Le directeur de l’école a initialement tenté de dissimuler l’incident, mais la gravité de la situation, amplifiée par l’indignation, a intensifié la diffusion de l’information. À l’heure actuelle, l’école n’a fait aucune déclaration officielle concernant cet incident tragique.

Arrey Clement a été appréhendé et est actuellement interrogé à la gendarmerie alors que les enquêtes sur les circonstances du décès de Mbong Vera se déroulent.

Il y a plusieurs décennies, le châtiment corporel a été aboli comme mesure disciplinaire dans les écoles camerounaises. Cependant, plusieurs établissements publics et privés ont ignoré la décision du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi