Camerounactuel

Sosthène Fouda : « Ngadeu est privé de mondial pour la paix dans le vestiaire »

Le Cameroun le 9 juin 2022 joue contre le Burundi à Bujumbura. Ngadeu et Zambo en viennent aux mains. Le président de la fédération exige une réconciliation entre les deux pour l’intérêt supérieur du Cameroun. Les deux joueurs campent sur leur position. Ils se « promettent la mort ».

Deux ministres de la République sont sollicités pour faire entendre raison aux deux boxeurs. Rien à faire. Le président de la FECAFOOT décide donc de se séparer des deux. Moukoudi depuis sa foireuse participation à la CAN à Yaoundé ne rassure personne, Onguéné est blessé.

C’est ainsi que la décision est prise de ramener Nkoulou Nicolas au sein de la selection.

Zambo-Anguissa pendant ce temps vit sur une autre planète. Aucun autre milieu de terrain ne fait l’affaire. Il s’impose donc à Samuel ETO’O et pour la paix dans le vestiaire il a fallu prendre un et laisser l’autre parce qu’ils ne voulaient pas faire la paix entre eux.

En 1982 Jean-Paul Bertrand-Demanes a été privé de coupe du monde pour avoir giflé un journaliste mais surtout pour avoir refusé de faire la paix avec ce dernier. Michel Hidalgo alors selectionneur avait dû trancher. Ce sera sans le gardien Demanes.

Le football ne devrait pas être un sport de gentelmen pratiqué par des voyous. Pour arriver à cette exigence il faut donc de la discipline et des sacrifices. Ngadeu paye cet entêtement et surtout cette incapacité à lever la tête du guidon pour voir plus loin que le bout de son nez.

La France après la débacle de l’Afrique du Sud a interdits à tout joueur de sa salection le port des casques devant les journalistes. Ils ont été aussi obligés de serrer les mains et de signer des autographes. Les résultats sont là et ils peuvent être appréciés de tous. Ce qui est des bleus l’est aussi pour la Belgique les Pays-Bas et l’Angleterre.

On est écarté de la sélection parce qu’on a donné une gifle à son chat ou parce qu’on a affiché y compris en dehors et surtout même en dehors des stades une conduite qui heurte le social, l’environnement, blesse l’éthique et interroge votre capacité à vivre en société.

Peut-être le Cameroun devrait s’en inspirer s’il veut que sa salection nationale rivalise avec ces autres grandes nations du football.

Vincent Sosthène Fouda

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi