Camerounactuel

Lions Indomptables : l’autre révélation

Dans une interview parue dans Mutations lundi, 6 avril, Aurélien Chedjou, est allé droit au but, au sujet de la Coupe d’Afrique des nations de football 2017 au Gabon. Une compétition remportée de haute lutte par le Cameroun, qu’il n’a pu disputer, parce que n’ayant pas été retenu parmi les 23 joueurs d’Hugo Broos, le sélectionneur d’alors.

« Je ne sais pas faire dans la langue de bois. Pour dire vrai, j’étais assez déçu de n’avoir pas été retenu dans le groupe qui a gagné cette compétition, parce que j’estime que je méritais d’y être d’autant plus que j’étais titulaire dans mon club. Pour rappel, j’avais pratiquement joué tous les matches de qualification. Quand on regarde ceux qui sont allés, on constate qu’il y en a qui n’étaient pas titulaires dans leur club», révèle le défenseur d’Amiens en France.

Le footballeur âgé de 34 ans (47 sélections, un but inscrit), dit n’avoir pas encore digéré sa non-convocation à cette Can. Chedjou en veut à certains responsables au sein de l’équipe nationale, dont il a choisi de taire les noms. Il leur reproche de lui avoir «Enlevé cette Can», un trophée qui aurait pu étoffer sa carrière en sélection.

« Les sélections en équipe nationale c’est selon les affinités. En 2017, j’ai fait partie des joueurs qu’il fallait sacrifier de l’équipe au profit des joueurs de ceux qui se livrent à cette pratique. Ces gens-là, je les verrais et je leur dirais en face que je sais qu’ils ont fait du business dans mon dos. Je méritais au moins d’être parmi les 23. Il y a d’autres choses que je ne vais pas dévoiler ici, j’attends être devant les concernés pour le leur dire en face», ajoute celui qui a rejoint la tanière pour la première fois en 2009.

La révélation d’Aurélien Chedjou, encore frustré, bien qu’ayant déjà pris sa retraite internationale, en rajoute aux dénonciations faites sur le quotidien en sélection nationale fanion. En plus de l’amateurisme souvent décrié, le marchandage de places bien que démenti, refait surface.

Même si les faits remontent à 2017, le sujet semble toujours d’actualité. Si le courage manque aux victimes de ces pratiques dans la tanière, il reste qu’elles roucoulent dans leurs entourages. En 2019, par exemple, une conversation entre un joueur déjà convoqué dans la tanière et son interlocuteur, s’est retrouvée sur les réseaux sociaux.

Dans cet extrait, Petrus Boumal, pour ne pas le nommer, décrivait un climat délétère qui aurait régné en sélection quelques semaines avant le coup d’envoi de la Can 2019 (21 juin- 19 juillet) en Egypte. Plus d’un mois après la sortie du joueur du Fk Oural (Russie) jugée inopportune et démentie par les mis en cause, un autre Lion Indomptable jette de l’huile sur le feu. Oyongo Bitolo, puisqu’il s’agit de lui, a vidé son sac dans les colonnes du quotidien Le Messager.

Dans l’interview accordée aux confrères, le latéral gauche de Montpellier, en France, a lui aussi regretté l’amateurisme et d’autres insuffisances dans la gestion de cette équipe nationale. Lesquels aurait eu un impact négatif sur la prestation du Cameroun, (champion d’Afrique en titre), éliminé en huitièmes de finale par le Nigeria (3-2). Non sans révéler que certains de ses coéquipiers, frustrés, envisageraient de ne plus revenir en sélection, où cas les problèmes soulevés demeurent.

On se rappelle qu’à la veille de la Can 2017, Allan Romeo Nyom, comptait parmi les footballeurs camerounais ayant boudé la sélection pour les mêmes causes. Comme ses anciens coéquipiers, Aurélien Chedjou, dénonce le «mauvais jeu» qui mérite une enquête dans la tanière.

Par Renaud Inang

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles