fbpx

Cameroun Actuel

Safran à nouveau porté au 1er trimestre par la hausse du trafic

Le motoriste et équipementier aéronautique français Safran a tiré profit au 1er trimestre de son activité de services pour les moteurs civils. Ces derniers nécessitent davantage de pièces de rechange et d’opérations d’entretien avec la hausse du trafic aérien.

Entre janvier et mars, le groupe français a dégagé un chiffre d’affaires de 6,2 milliards d’euros, en hausse de 18,1%, après un bond de 29% sur la même période il y a un an, selon un communiqué publié vendredi. « Un bon début d’année », selon le directeur général Olivier Andriès. « Les activités de services pour moteurs civils bénéficient de la bonne dynamique du trafic aérien », explique-t-il dans le communiqué.

Celles-ci, libellées en dollars, ont bondi de 27%, une hausse qui tient aux contrats de service à long terme du CFM56 et du Leap. Cette « tendance devrait s’atténuer au deuxième trimestre », prévient toutefois Safran. Le CFM56 est une gamme de moteurs vendue à plus de 33.000 exemplaires depuis 40 ans et qui équipe les anciennes versions de l’Airbus A320 et du Boeing 737, le Leap motorisant pour sa part 60% des A320neo et la totalité des 737 MAX.

Les livraisons de moteurs Leap neufs en revanche ont stagné au premier trimestre avec 367 moteurs remis aux avionneurs, « reflétant le timide démarrage de la production d’avions en début d’année ». Sur les trois premiers mois, Airbus a livré 116 A320, Boeing 66 appareils 737 MAX.

Moins de livraisons à Boeing

Boeing a notamment limité sa production de MAX et est interdit par le régulateur américain, la FAA, de l’augmenter au-delà de 38 appareils par mois tant qu’il n’aura pas démontré que les problèmes de qualité de sa production ne seront pas réglés. Cela conduit le motoriste français à revoir à la baisse ses objectifs de livraisons de Leap en 2024, tablant dorénavant sur une hausse de celles-ci de 10 à 15%, contre 20 à 25% auparavant. Safran et son partenaire GE en avaient livré 1.570 l’an passé.

« Les problèmes de supply chain (fournisseurs, NDLR) ne sont pas derrière nous, ils restent difficiles (…) mais la révision à la baisse de notre prévision de livraisons de moteurs Leap est vraiment liée à une révision à la baisse de la demande » des avionneurs, a expliqué Olivier Andriès lors d’une conférence téléphonique. Ces moindres livraisons auront un « effet négatif » sur le chiffre d’affaires et la génération de trésorerie, mais « comme nous vendons ces moteurs à perte, cela a un…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi