Camerounactuel

Parlement : les enjeux de la session de juin

La deuxième session ordinaire de l’année législative 2022 s’ouvre ce mardi 07 juin suite à la convocation des présidents des deux chambres. Députés et sénateurs vont tabler sur plusieurs préoccupations à l’instar de la relance économique et des questions sécuritaires entre autres.

La signature des arrêtés portant convocation des deux chambres du parlement signés par Marcel Niat Njifenji et Cavaye Yeguie Djibril, respectivement président de la chambre haute et basse du Parlement fixe à 11h ce mardi l’ouverture des plénières pour les députés et à 16 heures pour les sénateurs. De manière provisoire, les acteurs des deux chambres du Parlement vont siéger au palais des Congrès de Yaoundé.

Durant un mois, ils vont se pencher sur plusieurs sujets d’importance majeure. Gomme le prévoit la constitution, ils passeront l’action gouvernementale au scanner. Dans leurs missions de contrôle, ils vont questionner la gestion de la chose publique de plusieurs membres du gouvernement.

Cette session du mois de juin s’ouvre dans un contexte particulier marqué par les coûts de la vie de plus en plus élevés. Du fait de la guerre en Ukraine, le gouvernement éprouve d’énormes difficultés liées à l’approvisionnement en farine de blé, en carburant et autres produits de grande nécessité.

Une préoccupation qui fera certainement l’objet d’un débat. Il sera surtout question pour les Parlementaires d’apporter des amendements à la loi des Finances 2022, du fait de l’impact de cette guerre sur l’économie camerounaise. Car, la situation économique et financière du pays exige un réexamen du budget en cours.

Chiffré à 11 456 milliards de Fcfa en mars 2021, la dette du pays est en augmentation de 0,8% par rapport au trimestre précédent. Le récent emprunt obligataire lancé par le ministre des Finances a permis de lever une enveloppe de 235 milliards de Fcfa pour la poursuite des travaux de construction des grands projets.

Autres sujets brûlants qui retiendront probablement l’attention des députés et sénateurs au cours de cette session, est à coup sûr d’ordre foncier avec les expropriations de Dikolo et à Japoma dans la région du Littoral. Les nombreuses irrégularités observées dans le dossier d’expulsion de plus de 70 familles à Dikolo devraient susciter un intérêt particulier des parlementaires.

Outre cela, les questions sécuritaires avec la résurgence de Boko Flaram dans l’Extrême-Nord et le retour progressif de la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (Noso), seront également abordées. Aussi, l’affaire Glencore où l’image du Cameroun est ternie dans l’un des plus gros scandales de corruption à l’échelle mondiale devrait pouvoir retenir l’attention.

Précisons que la société épinglée dans ce scandale déclare avoir versé plus de 7 milliards de pot de vin à des hauts responsables de la société nationale de raffinerie (Sonara) et de la Société nationale des hydrocarbures (Snh).

Au mois de mars dernier, les Parlementaires ont procédé à l’examen et à l’adoption de huit projets de loi, lesquels ont été promulgués par le président de la République.

L’Anecdote

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles