Camerounactuel

Mohamed Bazoum désigné président de la Conférence de l’Uemoa

Le chef de l’Etat du Niger a été plébiscité par ses pairs à l’issue de la 23e session ordinaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), tenue ce 5 décembre 2022 à Abidjan.

« Nous avons décidé à l’unanimité de porter le président de la République du Niger, Mohamed Bazoum, à la président de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa (…) à compter de maintenant », a annoncé le président ivoirien Alassane Ouattara.

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a assuré que « l’union se trouve en de très très bonnes mains », au terme de ce rendez-vous annuel de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa tenu sur les bords de la lagune Ebrié.

La conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’union a fait le point de la vie de l’organisation à l’occasion de cette session qui se tient dans un contexte marqué par des crises multiformes qui affectent le monde entier et l’espace communautaire.

Les Etats de l’union sont notamment confrontés aux conséquences de la guerre russo-ukrainienne qui se traduit par des difficultés d’approvisionnement et la flambée des prix des denrées alimentaires et des produits énergétiques.

Cette pression inflationniste est intervenue au moment où les économies de l’Uemoa « se relevaient du choc causé par la pandémie de la Covid-19 », a fait observer M. Alassane Ouattara qui a salué les mesures courageuses mises en œuvre par les gouvernements pour atténuer les effets néfastes de cette crise sanitaire.

Selon le président ivoirien, en dépit de cette situation, les économies de l’organisation sont « demeurées résilientes et le taux de croissance de l’Union a légèrement fléchi néanmoins ; (mais la croissance) est attendue à 5,7% en 2022 après un taux de 6,1% en 2021 (et 1,8 % en 2020) ».

Le taux d’inflation de l’espace Uemoa, par ailleurs, devrait passer de 3,6% en 2021 à 5,5% en 2022, ce qui montre que le l’inflation a presque doublé, contre plus de 20% dans plusieurs pays africains et plus de 10% en Europe.

« Je constate que partout dans notre sous-région, les populations se plaignent de la vie chère, donc, c’est dire que ce taux d’inflation, bien qu’étant faible par rapport aux autres pays de la sous-région, du continent et de l’Europe est quand même trop élevé pour nos populations », a-t-il poursuivi.

M. Ouattara a en outre fait savoir que « les perspectives économiques pour l’année 2023 sont favorables au plan de la croissance » puisque l’Union économique et monétaire ouest-africaine envisage un taux de croissance de 7,3%.

« Au plan sécuritaire, malgré les efforts de nos pays, la situation demeure préoccupante et contraint nos Etats à accroître les investissements dans le domaine de la défense et de la sécurité au détriment de certains projets de développement » dans l’éducation ou la santé, a-t-il déploré.

Les attaques terroristes perpétrées contre les populations se multiplient et continuent à endeuiller les populations. Au niveau du processus d’intégration de l’union, M. Ouattara a noté « des progrès significatifs enregistrés dans la mise en œuvre des réformes communautaires ».

Le président du Niger succède à Alassane Ouattara à la tête de la présidence de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa. Le chef de l’Etat ivoirien avait pris la présidence en tant que « doyen » après le départ du pouvoir de l’ex-président burkinabè Roch Marc Kaboré, désigné président de la Conférence lors de la 22ème session ordinaire de l’union.

APA News

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi

No Content Available