fbpx

Cameroun Actuel

Les beaux jours ne doivent pas rimer avec déchets sauvages

Pour son programme d’été au Théâtre de Beaulieu (14-20 juin), le Béjart Ballet Lausanne (BBL) propose « Hamlet » et « Rhapsody in Blue », deux créations en première mondiale. Il y présentera aussi le célèbre « Boléro », le ballet signature de Maurice Béjart.

« J’avais à coeur de présenter ces deux créations et le Boléro dans le studio 4 du BBL, notre espace de travail au quotidien, pour ouvrir la compagnie vers une vraie communication », a déclaré jeudi aux médias Julien Favreau, directeur artistique ad intérim après le licenciement en février dernier de Gil Roman. Il était pour l’occasion entouré des chorégraphes, de leurs assistants et de quatre danseuses et danseurs.

Ancienne du BBL, la Slovène Valentina Turcu signe le ballet « Hamlet », inspiré de la célébrissime pièce de William Shakespeare, portant sur la folie humaine, la passion et « la famille qui vit un enfer ». « Ces thèmes nous obsèdent depuis 400 ans déjà, j’ai voulu en faire une version actualisée », explique-t-elle, tout en observant que l’oeuvre « va comme un gant aux danseuses et danseurs du BBL ».

« L’art de la danse permet d’atteindre un niveau métaphysique inaccessible au théâtre classique », ajoute la chorégraphe, également active dans le théâtre. Ancienne élève de l’Ecole-atelier Rudra Béjart, elle se réjouit de ce « retour aux sources » et dédie sa création à son « père artistique Maurice Béjart », encore « tellement présent ».

Liberté et plaisir de danser

Comme Valentina Turcu, l’Italien Giorgio Madia a également dansé au BBL avant de passer à la chorégraphie. Pour le programme d’été, il a imaginé le ballet « Rhapsody in Blue » sur la musique de George Gershwin. Selon ses termes, il s’agit d’un ballet abstrait, « même si Maurice dirait que ce n’est pas possible, vu qu’il y a des corps sur scène ».

« Comme Gershwin, qui a décidé il y a 100 ans qu’il ne voulait pas suivre de règles pour composer son oeuvre, j’ai eu envie de créer une chorégraphie sans règles. Je voulais voir la compagnie danser et se défoncer avec le plaisir de danser », commente-t-il.

Ambiance améliorée

Interrogés sur l’atmosphère au sein du BBL depuis le licenciement de Gil Roman, les danseurs présents font état d’une « très bonne ambiance générale ». « Les choses sont plus claires, on se sent mieux, plus soutenus », témoigne Jasmine Cammarota. « On a vécu une forme de choc qui nous menés à plus nous responsabiliser dans notre…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi