fbpx

Cameroun Actuel

Le MINAT suspend la création d’une chefferie dans la région de l’Ouest

Paul Atanga Nji

Le Ministre Paul Atanga Nji a suspendu indéfiniment le processus d’élévation du village de Balekouet à une chefferie de deuxième classe dans le département de la Menoua, région de l’Ouest. Cette décision marque un revirement par rapport à une directive antérieure qu’il avait signée il y a plus d’un an.

La suspension fait suite à une forte opposition exprimée par le Fon de Baleveng, qui a fait valoir que l’octroi du statut de deuxième classe à Balekouet semerait la division parmi leur peuple. Baleveng, actuellement une chefferie de deuxième classe, englobe Balekouet et d’autres villages environnants classés comme des troisièmes classes.

La controverse a éclaté lorsque qu’une décision datant du 5 mars 2023 a fait surface sur les réseaux sociaux, prétendument signée par le Ministre Atanga Nji, annonçant l’élévation de Balekouet. L’opinion publique s’est rapidement divisée, remettant en question l’authenticité et la justification de la décision.

« Nous rejetons les décisions susceptibles de diviser notre communauté. L’établissement d’une chefferie nécessite le respect de certaines règles. J’ai personnellement contacté le Ministre pour exprimer nos préoccupations, et des investigations seront menées« , a déclaré le Fon Guemgni de Baleveng lors d’une récente réunion publique à Baleveng.

Les critiques ont accusé le Fon Pierre Aimé de Balekouet de manipuler l’opinion publique. La Chambre des Chefferies de la Région de l’Ouest s’est réunie et a promis d’examiner minutieusement la question.

Une communication ultérieure du Ministère de l’Administration Territoriale au Préfet du Département de la Menoua, datée du 19 juin 2024, a confirmé l’authenticité de la décision du 5 mars. Cependant, le Ministre Atanga Nji a demandé un rapport complet détaillant le profil démographique de Balekouet et sa relation avec Baleveng et les villages voisins.

Cette suspension marque un moment de réflexion pour les autorités locales et les communautés concernées, soulignant l’importance de la concertation et du respect des procédures dans les processus de création de chefferies au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi