fbpx

Cameroun Actuel

Le CHRDA condamne l’assassinat du maire de Belo comme un ‘acte de barbarie

Le récent assassinat de Ngong Innocent, maire de Belo, ainsi que de deux autres personnes le jour de la fête nationale, a été qualifié d’« acte de barbarie » par le Centre pour les droits de l’homme et la démocratie en Afrique (CHRDA).

L’organisation a souligné que de tels actes violent les normes internationales des droits de l’homme et a insisté sur la nécessité de protéger les civils non impliqués dans les hostilités.

L’incident tragique s’est produit le 20 mai 2024, lorsque le maire Ngong Innocent, un conseiller municipal, et un inspecteur de l’éducation de base ont été attaqués et tués par des combattants séparatistes d’Ambazonie alors qu’ils se rendaient à la tribune officielle pour participer aux célébrations de la fête nationale à Belo.

Des réseaux séparatistes, y compris le Conseil de gouvernement de l’Ambazonie, ont ensuite revendiqué la responsabilité de l’attaque.

Dans un communiqué publié mardi, le CHRDA a condamné l’attaque, soulignant qu’elle avait été menée en mépris flagrant des normes humanitaires internationales.

« Cet acte de barbarie a été perpétré en total mépris des normes internationales des droits de l’homme et des normes humanitaires existantes régissant la conduite des hostilités dans le contexte d’un conflit », lit-on dans le communiqué.

L’organisation a réitéré que les civils, y compris les fonctionnaires qui ne participent pas activement aux hostilités, ne devraient pas être ciblés dans les conflits.

« Cet incident s’ajoute à de nombreuses violations et abus commis dans le cadre du conflit en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun depuis plus de huit ans maintenant », a déclaré le CHRDA.

Les fonctionnaires tués répondaient aux appels de l’administration pour que les fonctionnaires et autres responsables gouvernementaux des régions anglophones participent aux célébrations de la fête nationale, largement opposées par les groupes séparatistes.

De nombreux Camerounais ont critiqué l’administration, qui continue de mener des fonctionnaires à la mort en ne leur fournissant pas une sécurité suffisante face à la violence des séparatistes.

Dr. Ngong Innocent est le deuxième maire à être assassiné dans les régions anglophones, après l’assassinat d’Ashu Prisley Ojong, maire de Mamfe, par des combattants séparatistes en 2021.

Des centaines d’autres fonctionnaires et employés publics, y compris des enseignants, ont subi le même sort au cours des sept dernières années.

Le CHRDA a appelé à une enquête transparente et impartiale sur ces assassinats, exhortant les autorités à traduire les responsables en justice.

« Le Centre condamne cet acte de barbarie et exhorte les autorités locales à mener une enquête transparente et impartiale pour traduire en justice les auteurs de cet acte. Le CHRDA exhorte également les deux parties à s’abstenir de cibler les civils et leurs biens », ajoute le communiqué.

Le conflit armé en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun a coûté la vie à plus de 6 000 civils depuis 2016.

Le CHRDA rapporte que plus de 300 décès ont eu lieu rien qu’en 2023.

La violence gratuite et le ciblage des non-combattants ont suscité de vives condamnations de la part des organisations de défense des droits de l’homme, qui continuent d’appeler à des résolutions pacifiques et à la protection des vies innocentes dans ces régions en conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi