fbpx

Cameroun Actuel

Laurent Cantet, Palme d’or 2008 avec « Entre les murs », est décédé

Le Portugal fête jeudi le cinquantenaire de la Révolution des OEillets, un coup d’Etat sans effusion de sang mené par de jeunes officiers pour mettre fin à 48 ans de dictature et 13 années de guerres coloniales.

Point d’orgue de centaines d’initiatives étalées sur plusieurs semaines, la journée de jeudi a débuté par une cérémonie militaire sur une grande place du centre de Lisbonne, en bordure de l’estuaire du Tage.

Elle sera conclue par un événement rassemblant le président portugais, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, et ses homologues des pays africains devenus indépendants après l’avènement de la démocratie: l’Angola, le Mozambique, la Guinée-Bissau, le Cap-vert et Sao Tomé et Principe.

M. Rebelo de Sousa a toutefois créé la surprise en amont de cette occasion, en soulevant la question d’éventuelles réparations coloniales.

« Nous sommes responsables de ce que nous avons fait là-bas. (…) Il faut payer les coûts », a-t-il dit mardi soir lors d’une rencontre informelle avec la presse étrangère à Lisbonne.

Cette position s’est aussitôt heurtée à l’opposition du nouveau gouvernement de droite issu des élections du mois dernier. « C’est un sujet toxique » et « inopportun », a affirmé une source gouvernementale citée par l’hebdomadaire Expresso.

Lors de la « session solennelle » organisée jeudi au Parlement, le président n’a pas évoqué sa suggestion, qui a été ignorée par la gauche mais très critiquée par la droite.

« Fier de l’histoire »

Le leader d’extrême droite André Ventura a été le plus virulent, en accusant M. Rebelo de Sousa d’avoir « trahi les Portugais ». « Payer quoi? Payer à qui? (…) Moi je suis fier de l’histoire de ce pays », a-t-il dit.

Les célébrations de l’avènement de la démocratie au Portugal interviennent cette année dans un contexte marqué en outre par une nouvelle percée électorale de l’extrême droite, le parti « Chega » (« Assez ») ayant renforcé son rang de troisième force politique du pays avec 18% des voix.

Selon une enquête publiée la semaine dernière, la moitié des personnes interrogées a estimé que le régime autoritaire renversé en 1974 avait davantage d’aspects négatifs que positifs, mais un cinquième d’entre elles a affirmé le contraire.

En tout cas, 65% de l’échantillon a considéré que la révolution du 25 avril était l’événement le plus important de l’histoire du Portugal, loin devant l’adhésion à l’ancêtre de…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi