fbpx

Cameroun Actuel

La Suisse vit à crédit sur le plan de l’énergie dès lundi

Les loyers des logements commencent à se stabiliser, sans qu’il n’y ait encore de baisse en vue. Le taux hypothécaire de référence devrait demeurer inchangé en juin et ce statu quo devrait se maintenir pour l’ensemble de l’année.

C’est ce qui ressort d’une étude menée par UBS et publiée jeudi. La banque aux trois clés s’attend à ce que l’Office fédéral du logement (OFL) maintienne début juin son taux hypothécaire de référence à 1,75%, soit au même niveau qu’en mars.

Le taux d’intérêt moyen, sur lequel se base le taux de référence, est cependant resté stable, malgré la baisse du taux directeur par la Banque nationale suisse (BNS) en mars de 1,75% à 1,50%, relèvent ses auteurs. Et il devrait évoluer latéralement au cours des trimestres à venir. Cette « inertie » se traduit part il devrait évoluer latéralement au cours des trimestres à venir. Cette « inertie » se traduit par un statu quo pour le taux référence jusqu’à fin 2024 voire au-delà, en dépit des deux nouveaux assouplissements du taux directeur par la BNS attendus en juin et en septembre, écrivent les analystes de la grande banque.

Dans ce contexte, les loyers devraient progressivement ralentir, voire se stabiliser dès le deuxième semestre, après des hausses qui ont touché plus d’un quart des ménages suite aux relèvements du taux de référence intervenus depuis juin 2023.

« Dans l’ensemble, pour l’année en cours, nous anticipons cependant une croissance des loyers relativement élevée de 3% », contre 2,7% l’an dernier (indice des loyers de l’Office fédéral de la statistique), écrivent les auteurs de l’étude. Le relèvement du taux de référence en décembre 2023 a en effet conduit à un nouveau renchérissement des loyers en avril seulement.

Dans un scénario alternatif, les auteurs de l’étude estiment que le taux de référence pourrait être relevé à 2% d’ici juin 2025, si l’inflation venait à resurgir. Mais ce, à la condition d’un maintien du taux directeur par la BNS à 1,50% et d’un renchérissement des coûts des hypothèques à taux fixe d’environ 50 points de base. Moins vraisemblable encore: la probabilité d’un abaissement du taux de référence à 1,50% dans les douze mois à venir. Ce scénario ne pourrait se dessiner que si la BNS abaissait son taux directeur à 0,25%, soit bien plus rapidement que prévu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi