fbpx

Cameroun Actuel

La censure du film Barbie au Cameroun soulève des questions sur la protection des enfants

Le récent acte de censure du film Barbie au Cameroun a suscité des interrogations quant à la protection des enfants et à la responsabilité des autorités dans le contrôle de la diffusion de contenus potentiellement préjudiciables. Alors que le distributeur français Pathé BC Afrique avait obtenu le droit de diffuser le film sur le continent, le ministère des Arts de la Culture (Minac) a décidé d’interdire sa diffusion sur le triangle national, rejoignant ainsi plusieurs autres pays qui ont déjà pris cette mesure.

Bien que le Minac n’ait pas encore publié de communiqué officiel expliquant les raisons de cette censure, une source proche de la direction de la cinématographie et des productions audiovisuelles a indiqué que le film Barbie était accusé de pervertir les enfants. Cette accusation n’est pas nouvelle, puisque d’autres pays tels que l’Algérie, le Vietnam, le Liban et le Koweït ont également interdit la diffusion du film pour les mêmes raisons.

Pathé BC Afrique, qui avait anticipé un grand succès pour le film, craint désormais que d’autres pays suivent l’exemple du Cameroun et annulent également sa diffusion. En effet, Barbie a déjà attiré l’attention en atteignant les 200 millions de dollars de recettes après les premières diffusions, notamment en Tunisie. Au Cameroun, Pathé BC Afrique espérait également attirer les foules dans les salles CanalOlympia, mais la décision du Minac a mis fin à ces espoirs.

Le film Barbie met en scène la célèbre poupée du même nom, produite par la société Mattel. L’histoire raconte le parcours d’une poupée expulsée du monde féerique de Barbie Land, qui décide de chercher le bonheur dans le monde des hommes. Cependant, certains reprochent à ce film sa légèreté et affirment qu’il peut avoir une influence négative sur les valeurs et les comportements des enfants.

Cette censure soulève des questions plus larges sur la responsabilité des autorités dans la protection des enfants contre les contenus inappropriés. Alors que de nombreux pays ont mis en place des réglementations strictes pour protéger les jeunes spectateurs, il est essentiel d’établir une réflexion approfondie sur les critères de censure et les mesures de contrôle appropriées.

Il reste à voir si d’autres pays suivront l’exemple du Cameroun et interdiront également la diffusion du film Barbie. En attendant, cette affaire met en lumière l’importance de promouvoir des contenus cinématographiques appropriés pour les enfants, tout en préservant la liberté artistique et la diversité des films proposés au public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi