Camerounactuel

Football: Nchout Ajara espère toujours le Ballon d’or

Après s’être butée face à la nigériane, Asisat Oshoala, en 2019, la Lionne Indomptable dit devoir redoubler d’effort avec l’espoir de soulever le précieux trophée dans les prochaines années. La qualification pour les JO reste un objectif majeur.

Donnez-lui un ballon, elle vous le transformera en or. Le nom Nchout Ajara est inscrit sur le marbre du football féminin au Cameroun oes dernières années. Ses exploits et ses prouesses ont permis au tricolore national de briller tant sur le plan continental que mondial.

C’est d’ailleurs à juste titre qu’elle était, pour beaucoup, favorite pour le ballon d’or africain 2019 après une Coupe du monde « réussie ». Ajara s’était vu ravir la vedette par la virevoltante nigériane, Oshoala.

Son rêve de soulever ce précieux trophée, qui récompense la meilleure joueuse africaine, s’est évanouit sans toutefois anéantir l’espoir d’un futur glorieux : « Je crois au ballon d’or Africain. Tout est possible dans le football. Je dois améliorer le travail individuel. Je n’ai pas eu assez de votes en 2019.

J’ai encore beaucoup à prouver pour bénéficier de la reconnaissance internationale.» N’eût été sa témérité et sa passion pour ce sport, le Cameroun n’aurait jamais découvert son talent. Ses parents se sont toujours opposés à ce choix de carrière. Aujourd’hui, elle est un modèle pour de nombreuses joueuses locales et africaines.

C’est dans son Foumban natal, région de l’Ouest du Cameroun, que tout a commencé. Férue du ballon rond depuis l’enfance, elle va prendre part aux « inter-quartiers”. En 2006, Ajara sera en lice pour la Coupe top, une compétition organisée par les Brasseries du Cameroun.

Sélectionnée pour rejoindre d’autres « pépites” à Bafous-sam après ce tournoi, la famille va s’interposer car le milieu était plus masculin. « Ça n’a pas été facile de voir la famille me laisser jouer le ballon. » Téméraire et confiante, la jeune fille va se rendre en vacance en 2007 à Douala. Elle sera donc détectée par M. Eloundou. C’est ainsi qu’elle prend part au championnat national.

C’est le début d’un feuilleton mirifique pour l’enfant du département du Noun. En 2008, elle frappe dans l’œil de Karl Enow Nga-chu, sélectionneur des U17 et U20. Deux ans plus tard, Ajara ’ signe son premier contrat professionnel à Fc Energia, en Russie. La Lionne y passe 3 saisons. En 2014, elle s’envole pour les Etats-Unis où elle passe 2 saisons. Depuis 2018, elle défend les couleurs de Valerenga, en Norvège.

Une ascension fulgurante, qui fait-elle aujourd’hui l’un des atouts majeurs de l’équipe nationale du Cameroun. Pour cette année, l’objectif reste la qualification pour les Jeux olympiques (JO).

« Mes objectifs pour cette année sont clairs. Il faut qu’on se qualifie pour les JO. Le championnat reprend d’ici fin mai. Il faut gagner le championnat, la coupe et aller le plus loin possible en champions League.» Pour se rendre au Japon, il faudra faire plier la Chili lors des barrages.

Une étape à prendre au sérieux à en croire la Lionne : « C’est une très bonne équipe chilienne que nous allons affronter lors des barrages. Elle était en coupe du monde comme nous. C’est une équipe à prendre au sérieux. Je connais juste la gardienne qui joue au PSG. » Et d’ajouter : « On peut se qualifier. Il faut juste qu’on soit déterminé ».

Toujours prête à mettre ses efforts au service de l’équipe, Nchout Ajara prépare plusieurs projets sur le plan social. Rien n’a filtré jusqu’ici car son équipe j’active. Depuis la descente de Fédéral depuis 2007 dans les faubourgs du football Camerounais, le département du Noun n’a plus réussi à placer un club en Elite en dépit d’un florilège d’équipe dans cette partie du pays.

Consciente de cette situation, la Lionne Indomptable a confié aux journalistes africains samedi dernier dans le cadre des rendez-vous d’Afrique football média (Afm), qu’elle avait une initiative sportive en gestation : « J’ai un projet dans le domaine du football dans le département du Noun. Mon équipe et moi travaillons sur ce volet. »

Va-t-elle chercher à relancer l’équipe mythique de son département à savoir Fédéral du Noun ? Va-t-elle créer un centre de formation ? Des spéculations vont bon train. Toujours est-il que, son vœu le plus cher, est de voir le football féminin atteindre le niveau du football masculin. Just wait and see.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles