Camerounactuel

Dieudonné Essomba : « j’ai demandé de fédéraliser le Cameroun. J’ai été traité d’antipatriote »

L’économiste et consultant de Vision 4 vient de réagir à chaud sur les résultats de l’enquête prescrite par Paul Biya le président de la République.

Les résultats de l’enquête du massacre de Garbuh sont connus. C’est d’ailleurs, la substance d’un communiqué publié hier par Paul Biya le président de la République du Cameroun. Depuis la publication du texte, l’économiste camerounais, consultant à Vision 4 télévision ne cache pas son amertume.

« L’enquête instruite par le Gouvernement sur les massacres de Garbuh a abouti sans conteste à la responsabilité des militaires de notre armée et des groupes d’autodéfense entretenus par le Gouvernement. Là-dessus, certaines personnes me demandent de donner mon opinion. Mais je n‘ai absolument rien à dire ! Tout le monde peut témoigner de ma posture de départ : il fallait fédéraliser le pays pour éviter ce flot de sang. J’ai été traité d’antipatriote ! », Écrit ce dernier ce jour sur son compte Facebook.

Fédéralisme

Plus loin, il s’offusque de la guerre dans la partie anglophone. « Ayant condamné la logique de la guerre en proposant des négociations pour instaurer le fédéralisme, je ne vois pas très bien comment je me mettrais à commenter les péripéties d’une guerre folle, inutile et sanglante que j’ai condamnée ! Vous ne trouverez jamais un commentaire de moi visant à approuver, ni à condamner le Gouvernement et son armée, ou la Sécession et ses groupes armés ».

« De toute façon, ce sont deux camps extrémistes et forcenés qui n’écoutent personne d’autres que leur haine et leur détermination. Dans ces conditions, le sang coule et va continuer à couler, encore et encore ! Ce n’est que le début : le sang va couler, car aucun de ces 2 frères siamois, le Gouvernement unitaire et la Sécession armée ne peut gagner l’autre et aucun ne cédera à l’autre. Il faut abandonner toute espérance de traiter ce problème par la voie militaire. Je n’ai plus grand chose à dire ! » Conclut Dieudonné Essomba.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles