fbpx

Cameroun Actuel

Crise éducative à Bawoli : les enseignants abandonnent les élèves, l’inquiétude des parents grandit

La situation de l’éducation à Bawoli, dans l’arrondissement de Bogo, département du Diamaré, région de l’Extrême-Nord du Cameroun, suscite une vive inquiétude. Depuis le début du deuxième trimestre, l’école publique de BAWOLI, tout comme d’autres écoles de la région du Diamaré, fait face à une fréquentation irrégulière, laissant les élèves livrés à eux-mêmes.

Les enseignants ont abandonné leurs fonctions sans aucune communication préalable avec les parents ou les responsables de l’établissement scolaire. Cette situation alarmante a été soulignée par des parents d’élèves perplexes, qui ont vu leurs enfants rentrer à la maison en pleine journée, indiquant que les enseignants n’étaient pas présents.

« Nous sommes surpris de voir nos enfants revenir en plein milieu de la journée à la maison pour dire que les enseignants ne sont pas venus, alors que nous avons payé l’APE. Finalement, nos enfants ne suivent pas les cours parce que les enseignants refusent de venir, et on ne nous dit rien pour au moins nous rassurer sur la présence des enseignants », témoigne un parent d’élève.

Les élèves, privés de leurs enseignants, se retrouvent dans une impasse éducative, leur soif de savoir inassouvie. « Depuis la rentrée, nous venons avec nos cahiers, mais nous ne voyons pas le maître. Le soir, nous rentrons chez nous sans savoir si notre maître viendra ou pas. Mon père m’a dit de ne pas rester à la maison, c’est pourquoi je suis venu même si le maître ne vient pas. Je suis obligé de rester à l’école », exprime un élève en CM1.

Cette situation critique n’a pas encore suscité de réaction de la part des autorités ou du chef d’établissement, qui semble également absent. Les parents, préoccupés par l’avenir éducatif de leurs enfants, se demandent quand la reprise des cours aura lieu, mais pour l’instant, la question reste sans réponse. Les enfants conservent l’espoir de revoir leurs enseignants.

Il est remarquable de noter que l’arrondissement de Bogo compte parmi ses habitants des personnalités intellectuelles éminentes, mais cette crise éducative met en lumière un défi majeur auquel sont confrontées certaines communautés, malgré la présence d’élites locales renommées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi