Camerounactuel

Crise anglophone : un militaire du Bir sème la terreur à Buéa

Le Centre pour les droits de l’homme et de la démocratie en Afrique (Chrda) dénonce le silence des autorités judiciaires et administratives de Buéa suite aux actes de traitements inhumains et dégradants d’un certain Moja Moja, chef traditionnel et militaire en service au Bataillon d’intervention rapide.

Le rapport du Centre pour les droits de l’homme et de la démocratie en Afrique centrale (Chrda), suite aux actes de traitement inhumains et dégradants concernant un militaire en service au bataillon d’intervention rapide (Bir) donne la sueur froide.

Dans ce rapport, l’on apprend qu’un militaire du Bir connu sous le nom de Moja Moja s’est doté d’une certaine cours martiale dans la ville de Buéa où il passe le temps chaque jour à infliger les traitements inhumains et dégradants aux hommes et femmes vivant dans la ville de Buea.

Dans ce rapport publié la semaine dernière, le Chrda documente sur plusieurs cas de traitements inhumains dont plusieurs hommes et femmes ont été victimes dans la région du Sud au cours de cette année précisément de juin à novembre 2022. Au moins 40 cas d’actes de barbarie ont été recensés et certaines parmi les victimes présentent toujours les séquelles de traumatisme jusqu’à ce jour

Le rapport du Chrda explique que le mode opératoire de Moja Moja est inédit. Ce militaire procède à l’interpellation des personnes qu’ils soupçonnent d’être les complices des séparatistes. Une fois que les personnes sont interpellées, elles sont torturées, tabassées au point où certaines ont vu les parties de leurs corps comme les pieds,et mains amputés suite aux actes de torture qui leur ont été infligés.

Ces deux derniers mois, 11 cas de détention arbitraire d’hommes dans les lieux gardés secrets ont été dénombrés dans le rapport du Centre pour les droits de l’homme et de la démocratie en Afrique. Ces détentions violent toutes les lois nationales et Conventions ratifiées par le Cameroun sur le respect des droits de l’homme.

Psychose générale Le Centre pour les droits de l’homme et de la démocratie que dirige l’avocat Agbor Balla relève que les multiples actes de traitements inhumains et barbares attribués à Moja Moja sont connus des autorités administratives et judiciaires de la région du Sud-Ouest. Ce militaire du Bataillon d’intervention rapide dispose également des moyens de transport logistiques qui lui permettent de déployer pour procéder aux arrestations « barbares » de personnes.

Les multiples plaintes déposées dans les différentes instances judiciaires du Sud-ouest restent sans suite. Cette impunité laisse ainsi les populations dans un état de psychose générale surtout lorsqu’on sait que le Cameroun est un Etat de droit.

John Ewome Ekobo, dit Moja Moja, est chef traditionnel du village Bwassa dan£ le Sud-Ouest Cameroun avait procédé en début d’année à l’arrestation d’une femme enceinte présentée comme l’ex copine d’un général séparatiste. La dame avait passé plusieurs mois en détention avant d’être libérée.

En août dernier, un collectif d’avocats conduit par Me Amungwa Tanyi Nicodemus et Me Tamfu Ngarba a déposé une plainte au tribunal militaire de Yaoundé contre Moja Moja pour torture et abus de fonction.

Quelques semaines après cette plainte, les avocats ont été convoqués au service central des recherches judiciaires du secrétariat d’Etat à la défense où ils avaient appris que leur plainte avait été transférée. Sauf jusqu’à ce jour, il est difficile de savoir le sort réservé à cette plainte, entretemps, les atteintes aux droits de l’homme ne font que se multiplier.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi