Camerounactuel

Comment relancer le transport du blé ? Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement en tête des pourparlers entre Poutine et l’Union africaine

Le président de l’Union africaine et président du Sénégal, Macky Sall, a averti le président russe Vladimir Poutine que les pays africains souffraient de la flambée des prix des denrées alimentaires à la suite de l’opération militaire de Moscou en Ukraine.

Les pourparlers entre Poutine et Sall à Sotchi, en Russie, se concentrent sur la manière de relancer les approvisionnements en céréales bloqués.

Lors de la réunion de vendredi, Sall a rappelé à Poutine que 17 pays africains se sont abstenus de voter sur la résolution de l’ONU condamnant l’invasion de l’Ukraine, malgré ce qu’il a décrit comme une forte pression en ce sens.

« Si vous prenez l’Asie, le Moyen-Orient et l’Amérique latine, cela signifie qu’il y a une bonne partie de l’humanité qui est en fait très attentive à ce qui se passe. »

« C’est au nom de tous ces espoirs que je suis venu vous voir, pour vous demander de comprendre que nos pays – même s’ils sont loin du théâtre [d’action] – sont victimes sur le plan économique », a déclaré Sall.

Demande que la nourriture soit « exclue des sanctions »

Pour sa part, Sall s’est rallié au point de vue du Kremlin selon lequel les sanctions occidentales ont exacerbé les pénuries de céréales et d’engrais, et a appelé à ce que le secteur alimentaire soit « en dehors des sanctions ».

L’ONU redoute « un ouragan de famine », principalement dans les pays africains qui ont importé 44% de leur blé de Russie et d’Ukraine entre 2018 et 2020, d’autant qu’aucun navire ne peut quitter les ports ukrainiens à cause du conflit.

La Banque africaine de développement affirme que les prix du blé ont grimpé d’environ 45 % en raison de la rupture d’approvisionnement.

L’Occident exhorté à lever les sanctions

La Russie, le plus grand exportateur de blé au monde, a exhorté l’Occident à lever les sanctions imposées pour son action militaire en Ukraine afin que les céréales commencent à circuler librement vers les marchés mondiaux.

Alors que la nourriture et les engrais sont exemptés, les sanctions ont ciblé le transport maritime russe et ont rendu les compagnies maritimes internationales réticentes à transporter des cargaisons russes.

Selon le Kremlin, Poutine a déclaré au Premier ministre italien Mario Draghi lors d’un appel la semaine dernière que Moscou « est prêt à apporter une contribution significative pour surmonter la crise alimentaire grâce à l’exportation de céréales et d’engrais à condition que les restrictions politiquement motivées imposées par l’Occident sont levés. »

La Russie dément bloquer les ports

L’Ukraine est également l’un des plus grands exportateurs mondiaux de blé, de maïs et d’huile de tournesol. Les autorités ukrainiennes et l’Occident ont accusé la Russie de bloquer les ports ukrainiens pour arrêter les exportations, mettant en danger l’approvisionnement alimentaire mondial. La Russie a nié avoir bloqué les ports ukrainiens et a appelé l’Ukraine à retirer les mines pour permettre une navigation en toute sécurité.

L’armée russe a proposé des corridors pour permettre aux navires étrangers de quitter en toute sécurité les ports le long de la mer Noire. L’Ukraine a déclaré qu’elle était prête à s’entendre sur des couloirs sûrs en principe, mais a exprimé sa crainte que la Russie ne les utilise pour attaquer Odessa et d’autres ports ukrainiens.

Aggravation des problèmes persistants

Les problèmes de chaîne d’approvisionnement provoqués par les combats en Ukraine surviennent alors que de grandes parties de l’Afrique étaient déjà aux prises avec la sécheresse et d’autres problèmes.

Les Nations Unies ont averti que 18 millions de personnes sont confrontées à une famine sévère dans le Sahel, la partie de l’Afrique juste en dessous du désert du Sahara où les agriculteurs sont confrontés à leur pire production agricole depuis plus d’une décennie. Treize autres millions de personnes sont confrontées à une famine sévère dans la région de la Corne de l’Afrique en raison d’une sécheresse persistante.

Alors que le conflit en Ukraine en est maintenant à son quatrième mois, les dirigeants mondiaux ont multiplié les appels à des solutions. Le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala, a déclaré qu’environ 25 millions de tonnes de céréales ukrainiennes sont entreposées et que 25 millions de tonnes supplémentaires pourraient être récoltées le mois prochain.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles