fbpx

Cameroun Actuel

Classement mondial des Ports : Douala et Kribi contestent leur position

Le 4 juin 2023, la Banque mondiale et Standard & Poor’s Global Market Intelligence ont publié l’indice mondial de performance des ports à conteneurs (CPPI) 2023, dans lequel les ports de Kribi et Douala occupent respectivement les 366e et 373e places sur 405 ports évalués. En Afrique subsaharienne, ces ports se positionnent en 26e et 27e positions. Cependant, les autorités de ces infrastructures remettent en question cette évaluation.

Au sein du Port autonome de Douala (PAD), la méthodologie du rapport est vivement critiquée. Les responsables considèrent que l’approche empirique utilisée manque de rigueur et ne reflète pas la réalité du terrain. Dieudonné Lin Onana Doh, directeur général de la Régie du terminal à conteneurs (RTC), a souligné dans une interview accordée à Defis Actuel que « une étude de terrain aurait certainement permis d’affiner davantage les conclusions de ce rapport ».

Les critiques portent également sur la catégorisation erronée des capacités de traitement des ports. Par exemple, le port de Douala est présenté comme traitant plus de 500 000 unités équivalentes à vingt pieds (TEUs), alors qu’il en traite en réalité 380 000 TEUs par an. Cette surévaluation pourrait influencer négativement le classement.

Les responsables du PAD soulignent également que le CPPI, en se basant principalement sur la durée de séjour des navires, désavantage les ports soumis aux marées comme celui de Douala. « Un port maritime n’a pas les mêmes caractéristiques qu’un port fluvial comme celui de Douala-Bonabéri. Étant un port à marées, le port de Douala est désavantagé dans la mesure où, même après avoir terminé les opérations de manutention, le navire doit attendre la marée pour appareiller », explique un cadre du PAD.

Michaël Mama, directeur d’exploitation au Port autonome de Kribi (PAK), critique également l’indicateur utilisé par le CPPI, le qualifiant d’imparfait. Il souligne que la durée des séjours à quai ne suffit pas pour mesurer la performance d’un port. « Cela conduit à des incongruités, comme le fait que les ports du Cameroun soient présentés comme plus performants que des ports africains d’envergure tels que Tema, Dakar, Durban ou encore Cotonou, ou des ports d’envergure mondiale tels que Le Havre, Long Beach ou Los Angeles », explique-t-il.

Le Groupement des opérateurs du transport maritime et auxiliaires du transport au Cameroun (Gotram) attribue le mauvais classement du PAD au non-respect des délais de dédouanement des marchandises. Hamma Toukour Gandi, président du Gotram, précise que ces délais, fixés à 11 jours, sont souvent dépassés, ce qui impacte négativement la performance du port.

Pour améliorer leur classement, les responsables des ports de Douala et Kribi préconisent une modernisation des équipements, une augmentation des capacités d’accueil, et la mise en place d’outils de suivi efficaces. Michaël Mama insiste également sur la nécessité d’intégrer des règles de gestion rigoureuses et de créer une synergie entre tous les acteurs impliqués pour rendre les ports camerounais plus performants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi