Camerounactuel

Cameroun : des remous dans la gestion de la forêt communale de Biwong-Bulu (Sud)

Les communautés riveraines de la forêt communale de l’arrondissement de Biwong-Bulu dénoncent des irrégularités dans le processus de renouvellement du bureau du comité riverain de la forêt communale de cet arrondissement. Ils ont saisit le sous-préfet de Biwong-Bulu par écrit le 8 Avril 2020.

Selon les signataires de cette requête, l’Assemblée Générale du comité riverain tenue au village Nloupessa-Yevol le 7 Avril 2020 est en totale violation de la loi N°90/055 du 19 Décembre 1990 portant régime des réunions et manifestations publiques. Outre ce motif les plaignants mentionnent le non respect des mesures gouvernementales en rapport avec la lutte contre le covid-19.

Également dans le chapitre des griefs la non admission du conseiller municipal du village Momebili alors même que la l’article 19 alinéa 2 de l’arrêté conjoint 0000076/Minatd/Minfi/Minfof du 26 Juin 2012 fixant les modalités de planification d’emploi et de suivi de la gestion des revenus provenant de l’exploitation des ressources forestières et fauniques destinées aux communes et communautés villageoises riveraines est clair là dessus. Cet arrêté stipule que le comité ne peut valablement siéger qu’en présence d’au moins un conseiller municipal de la zone.

Pour Jean-Emmanuel Nkoulou conseiller municipal, « c’est pour dénoncer les irrégularités observées dans le processus de renouvellement du bureau que nous avons rédigé cette correspondance officielle. Notre démarche tire sa légitimité et sa l’égalité de la loi ».

Plusieurs manquements graves reprochés au bureau installé

La correspondance adressée au sous-préfet de Biwong-Bulu précise une panoplie de fautes de gestion à mettre à l’actif du bureau installé. Dans la foulée on note le détournement de fonds publics pour le financement des projets non issus des solutions endogènes des plans locaux de développement de dix villages, une tentative de détournement visant le paiement des maîtres de parents fictifs et plusieurs délits d’initiés notamment le fait que le président du comité Parfait le seul Belinga Mefo soit également prestataire de service pour le comité riverain a travers ses établissements Gloria.

Un passage en force

C’est depuis le début de l’exploitation de la forêt communale de Biwong-Bulu et la mise en place des organes de gestion de ladite forêt communale que les éclats de voix se font entendre. Des dysfonctionnements récurrents persistent dans la gestion des revenus forestiers issus de cette forêt destinés aux communautés villageoises riveraines.

Les plaignants soulignent la non implication des chefs traditionnels ,des membres du comité paysan forêt, les leaders politiques, les conseillers municipaux et ceux du comité communal dans la mise en place de ce bureau. Ils disent s’inscrire dans une perspective de construction d’une meilleure gouvernance locale à Biwong-Bulu.

Selon Jean-Emmanuel Nkoulou, « nous sommes simplement entrain d’exercer notre droit au contrôle citoyen de l’action publique face aux dysfonctionnements observés dans la gestion des revenus forestièrs destinés aux communautés ». Le torchon brûle donc à Biwong-Bulu au sujet de la gestion de la forêt communale. L’arbitrage du sous-préfet est vivement attendu pour remettre de l’ordre dans le secteur.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles