fbpx

Cameroun Actuel

Bamenda : les chauffeurs de taxi manifestent contre la violence séparatiste

Les chauffeurs de taxi de Bamenda ont envahi les rues en nombre ce vendredi matin pour protester contre l’escalade de la violence perpétrée par les combattants séparatistes. Cette manifestation fait suite à l’appel du maire de la ville, Paul Achobong, qui les a invités à exprimer leur mécontentement.

Munis de pancartes, les chauffeurs ont promis de « traquer » ceux qui attaquent et brûlent leurs taxis et leurs maisons. La marche pacifique a débuté au rond-point City Chemist de Bamenda ce vendredi 21 juin, pour se diriger vers la tribune grandiose de l’avenue Commerciale, conformément aux instructions du maire.

« J’ai demandé, avec des instructions élevées du ministre… nous devons vous laisser exprimer vos pensées« , a déclaré le maire dans une interview. « Il n’y aura pas de sécurité, nous n’apporterons aucun policier pour vous harceler, ni de gendarme ou de militaire. C’est une manifestation pacifique. Ceux qui ne sont pas familiers avec les situations dans la municipalité garent leurs motos, leurs taxis et vous marchez tous pacifiquement avec vos branches de paix vers la tribune. »

L’appel du maire intervient dans un contexte d’attaques croissantes impliquant l’incendie de véhicules et le meurtre de chauffeurs et de conducteurs de motos par les séparatistes.

Les Forces de Défense de l’Ambazonie, une faction du mouvement séparatiste, ont exercé une pression sur les chauffeurs de taxi pour qu’ils repeignent leurs véhicules du jaune imposé par le gouvernement en bleu et blanc, les couleurs symbolisant l’État autoproclamé d’Ambazonie.

Dans une récente interview, le maire Achobong a souligné l’impossibilité de cette demande, affirmant qu’un tel changement ne pouvait se faire que par une action législative.

La protestation des chauffeurs culminera à la tribune de l’avenue Commerciale à Bamenda avec un dialogue avec les autorités de la ville. Le maire Achobong a reconnu les diverses difficultés auxquelles ces individus sont confrontés, non seulement de la part des séparatistes, mais aussi en raison des actions de la police et de l’armée.

« Je connais les calamités qui vous sont arrivées, non seulement les calamités des taxis brûlés, mais aussi l’insouciance de ces soldats et de la police et des gendarmes sur la route lorsque vous devez conduire vos taxis« , a-t-il déclaré.

Les chauffeurs de taxi et les conducteurs de moto à Bamenda se trouvent pris entre les mesures imposées par l’administration et les séparatistes armés. La récente vague d’attaques des séparatistes a inclus l’incendie d’un taxi appartenant à un homme handicapé, une perte qui l’a privé de sa seule source de revenu.

Pour compliquer les choses, l’administration a récemment imposé un couvre-feu sur les motos commerciales, le principal mode de transport dans la ville. Cette décision a suscité une réaction significative des conducteurs de moto, qui soutiennent qu’elle entrave gravement leur capacité à gagner leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi