Camerounactuel

Travaux publics : la BAD suspend pour 4 ans la société nigériane Gitto Costruzioni Generali

Dans un communiqué, la Banque africaine de développement fait savoir que son bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (Piac) après enquête, a décidé de suspendre les activités de la société nigériane Gitto Costruzioni Generali au Cameroun, pour une durée de  48 mois (4 ans). Cette sanction intervient suite à des pratiques frauduleuses et obstructives effectuées par l’entreprise lors d’un appel d’offres lancé pour l’acquisition des travaux routiers dans le cadre du Programme d’appui au secteur des transports-phase II.

Ce projet concerne la réhabilitation de la route Yaoundé-Bafoussam-Babadjou, l’aménagement de la route Grand Zambi-Kribi ainsi que celle de la route Maroua-Bogo-Pouss financé par la Banque africaine de développement (BAD). A  en croire l’institution financière internationale, ledit programme vise à répondre aux besoins urgents de développement socio-économique dans les régions de l’Ouest, du Centre et de l’Extrême-Nord du pays.

Pendant la période de sanction ( depuis le 9 septembre 2022, ndlr), cette entreprise et ses filiales ne seront pas éligibles pour participer à des appels d’offres pour des projets financés par le groupe de la BAD. « A l’expiration de la période d’exclusion, la société Gitto Costruzioni Generali Nigeria LTD ne seront pas éligibles pour participer à des appels d’offres pour des projets financé par le groupe de la BAD qu’à condition d’avoir mis en œuvre un programme de conformité à l’intégrité conforme aux directives de la Banque, » précise la BAD.

Pour rappel, en novembre 2021, le ministre camerounais des Travaux publics (Mintp) Emmanuel Nganou Djoumessi, après plusieurs études, le bailleur de fonds du projet, pour lui transmettre sa proposition d’attribution du marché à Gitto Costruzioni Generali.

Toutefois, le marché lui avait subitement été retiré en juillet 2022. Pour cause, l’incapacité financière de Gitto pour mener à bien ce projet. Après des enquêtes au Cameroun et au Nigéria, et enfin l’enquête interne du (Piac), la BAD a donné raison au Mintp. A date, le processus d’attribution de ce marché reste toujours en suspens.

Eco Matin

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi