fbpx

Cameroun Actuel

Tour de Romandie: l’étape pour Carapaz, le maillot pour Rodriguez

Zinal, Thyon, Villars-sur-Ollon… Les ascensions finales de l’étape-reine du Tour de Romandie font souvent figure de juge de paix du classement général.

Cela devrait être une nouvelle fois le cas samedi à Leysin, une habituée de l’épreuve.

C’est en effet la 7e fois qu’une étape de la boucle romande se terminera sur les hauteurs d’Aigle. La dernière arrivée dans la station vaudoise remonte à 2017, également lors de la 4e étape du samedi. Simon Yates s’était alors imposé dans un sprint à deux devant Richie Porte et endossé le maillot jaune, mais il l’avait rendu à l’Australien le lendemain après le contre-la-montre final.

Lors de la dernière édition, l’autre jumeau Yates, Adam, avait pour sa part conservé son bien après l’avoir dérobé à son coéquipier Juan Ayuso à Thyon lors de l’étape-reine. L’homme qui enfilera la tunique jaune sur le podium samedi devrait selon toute vraisemblance lui aussi la conserver jusqu’au terme du Tour, dimanche à Vernier.

« Un autre défi pour les organismes »

Mathias Frank connaît bien les pentes du Tour de Romandie. L’ancien grimpeur suisse, retraité depuis 2021 et désormais directeur sportif de la formation Swiss Cycling, a pris onze fois le départ du TdR durant sa carrière. « Ces ascensions sont différentes de celles des grands tours, elles sont généralement plus courtes et aussi plus fraîches. C’est un tout autre défi pour les organismes », témoigne celui qui avait terminé 8e du Tour de France 2015.

L’arrivée à Leysin, le Lucernois l’a vécue. Mais ce n’est pas celle qui l’a le plus marqué. « Je retiens plutôt celle de Villars-sur-Ollon, par où nous sommes souvent passés, et aussi lors de certains contre-la-montre. C’est l’ascension qui représente le Tour de Romandie à mes yeux et qui est aussi devenue un rendez-vous du Tour de Suisse », dit-il.

Quant à celles qu’il préférait éviter quand il parcourait les routes romandes au sein du peloton, Mathias Frank n’hésite pas à citer Thyon, théâtre d’arrivées souvent dantesques. « Pour le coup, celle-ci est très longue et très dure (réd: 20 km à 7,6% de moyenne). L’année dernière, j’étais bien content d’être au chaud dans la voiture sans devoir la faire à vélo », rigole-t-il.

« Imposer un tempo élevé »

Samedi, la météo et la pente seront plus clémentes. « La montée de Leysin n’est pas trop raide et plutôt roulante (14 km à 6% de moyenne). C’est possible de rester dans les roues…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi