fbpx

Cameroun Actuel

Pogacar remporte son premier Giro, Merlier gagne la dernière étape

Une autorité palestinienne « forte » est nécessaire pour parvenir à la paix, a déclaré dimanche à Bruxelles le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Il s’exprimait aux côtés du Premier ministre palestinien Mohammed Mustafa.

« Je pense qu’une Autorité palestinienne qui fonctionne est aussi dans l’intérêt d’Israël, parce que pour parvenir à la paix, nous avons besoin d’une Autorité palestinienne forte », a assuré M. Borrell, avant une rencontre avec M. Mustafa.

La reconnaissance de l’Etat de Palestine n’est que « justice » pour le peuple palestinien, a auparavant affirmé, également à Bruxelles, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares.

« Les Palestiniens ont le droit d’avoir un Etat, comme les Israéliens ont ce droit », a ajouté le ministre, lors d’une conférence de presse aux côtés du Premier ministre palestinien. Ce dernier a jugé que la décision de Madrid de reconnaître l’Etat de Palestine représentait « une impulsion majeure » pour la paix et la stabilité dans la région.

L’Espagne, qui est à la manoeuvre depuis des mois pour rallier d’autres capitales, a pris cette décision conjointement avec l’Irlande et un autre pays européen mais n’appartenant pas à l’UE, la Norvège. Ils reconnaîtront un Etat palestinien à partir de mercredi 28 mai.

Le Premier ministre palestinien s’est félicité de cette décision appelant tous les pays européens à suivre cet exemple. « Je pense que c’est la bonne décision à prendre », a-t-il martelé. « C’est le début d’une nouvelle phase ». Le sujet divise l’Union européenne, qui peine à trouver une position commune depuis le début de la guerre à Gaza.

« Exiger » un cessez-le-feu

Mohammed Mustafa se rendra à Madrid mercredi où il sera reçu par les autorités espagnoles, « d’égal à égal », selon M. Alvares, au lendemain de la reconnaissance par Madrid de l’Etat de Palestine.

Les deux hommes ont réitéré leur appel à un cessez-le-feu immédiat, M. Mustafa insistant pour que la communauté internationale l' »exige » désormais. « Je pense qu’il est temps de hausser le ton un peu plus et d’exiger un cessez-le-feu, je pense qu’il est temps de mettre fin à la guerre », a affirmé le Premier ministre palestinien.

Près de 36’000 morts à Gaza

La guerre dans la bande de Gaza a été déclenchée par l’attaque du Hamas le 7 octobre dans le territoire israélien.

L’opération militaire lancée en représailles par Israël dans…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi