fbpx

Cameroun Actuel

Nadal annoncé pour la Laver Cup

Parts de marché en recul, poursuites judiciaires, cessions de capital ou encore ambitions environnementales: le géant des supermarchés Carrefour, qui doit annoncer mercredi son chiffre d’affaires du premier trimestre, connaît un début d’année 2024 agité.

Le seul distributeur du CAC 40 a certes annoncé en février des ventes et un bénéfice net annuels en progression en 2023. Mais sa situation est contrastée, ce qui pourrait animer son assemblée générale le 24 mai.

Commercialement, d’abord. Le distributeur voit ses parts de marché reculer en France, sous la pression du leader E.Leclerc, très dynamique, et d’Intermarché notamment.

Il doit bénéficier de l’intégration des enseignes Cora et Match, rachetées mi-2023, mais attend toujours le feu vert de l’Autorité de la concurrence.

Au Brésil, où Carrefour est leader, le contexte de déflation alimentaire, en cours depuis le second semestre 2023, est assez difficile.

Le géant français a dit en février attendre pour 2024 des « conditions de marché plus favorables en Europe », avec un ralentissement de l’inflation, et une « normalisation » de l’environnement économique au Brésil.

Critiques sur le modèle

Carrefour entend poursuivre en 2024 « la transformation de son modèle », accordant une place croissante à l’exploitation de magasins en franchise ou en location-gérance. Cela lui permet de préserver sa part de marché commerciale tout en se libérant d’un certain nombre de dépenses, à commencer par les salaires.

Mais il s’expose à des critiques de plus en plus bruyantes. La branche services de la CFDT l’a assigné début mars devant le tribunal d’Evry (Essonne), critiquant des « délocalisations locales » qui pénalisent les salariés concernés.

Le distributeur est aussi assigné devant le tribunal de Rennes par une « association des franchisés de Carrefour » qui se plaint d’un « déséquilibre significatif » dans la relation franchisé/franchiseur.

Carrefour insiste quant à lui sur « l’attractivité » de sa franchise et le faible nombre de cas de désaccords.

Actionnariat chamboulé

Le milliardaire brésilien Abilio Diniz est décédé mi-février, privant Carrefour d’un « indéfectible allié » – dixit Alexandre Bompard. La holding familiale du milliardaire, Peninsula, reste actionnaire et a assuré Carrefour de son « engagement à long terme ».

D’autre part, la famille Moulin-Houzé, propriétaire des Galeries Lafayette, a cédé pour 365 millions…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi