fbpx

Cameroun Actuel

Les ménages s’éloignent des centres urbains

Face aux loyers élevés, les familles suisses quittent les grandes villes pour s’installer dans des communes d’agglomération. Les investisseurs y voient aussi des opportunités.

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, beaucoup plus de ménages ont quitté les centres pour d’autres communes suisses que les années précédentes, souligne UBS dans une étude immobilière mardi. Les cinq grands centres du pays ont enregistré un départ interne d’environ 15’000 personnes par an entre 2020 et 2022, au plus haut sur les 40 dernières années. À Zurich, Berne et Genève, les départs nets annuels ont été trois à quatre fois plus nombreux que dans les dix années précédentes.

Pour ces familles, il s’agit de faire des économies substantielles, d’autant que l’essor du télétravail a facilité l’éloignement par rapport aux bureaux. En 2023, les loyers proposés dans un rayon de dix minutes de trajet étaient en moyenne 16% plus bas que dans le centre-ville, contre 11% dix ans plus tôt.

Autour de Zurich, le pendulaire est roi

L’écart entre les loyers est particulièrement marqué dans la région de Zurich, où être pendulaire est le plus rentable. À moins de dix minutes en voiture de la cité bordée par la Limmat, les loyers proposés sont en moyenne 20% moins chers que dans le centre. La baisse atteint un tiers à partir de 20 minutes de trajet. A une heure de trajet, les loyers coûtent moitié moins.

Entre 2020 et 2022, plus de 1000 personnes ont déménagé de Zurich à Schlieren et Dübendorf, deux communes situées à moins d’un quart d’heure de route du centre et qui ont fortement étendu leur parc de logements ces dernières années.

En Suisse romande, près d’un millier de personnes ont quitté Genève pour Lancy où les loyers étaient inférieurs de 16% en 2022. Les chiffres atteignent 766 personnes pour Vernier (-21%) et 640 pour Thônex (-15%).

Cette différence est moins nette à Lausanne et à Bâle, où pour un trajet de 20 minutes, les loyers dans les communes proches reculent respectivement de 5% et 11%. La cité vaudoise a même été boudée par 900 personnes parties s’installer à Pully, au bord du Léman, où les prix étaient pourtant 10% plus élevés.

Pour les investisseurs également, les communes d’agglomération gagnent en attractivité, avec une forte diminution de la disparité en termes de taux de vacance entre les centres des agglomérations et leur périphérie. Le risque…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi