fbpx

Cameroun Actuel

Les enseignants camerounais exigent un statut spécial avant la Journée mondiale des Enseignants

À seulement 10 jours de la célébration de la Journée mondiale des Enseignants, le gouvernement camerounais est confronté à une pression croissante de la part des enseignants. Ces derniers, par le biais de leurs syndicats, se montrent de moins en moins disposés à dialoguer avec les autorités publiques. En plus des recommandations du chef de l’État le 9 mars 2022, ils exigent un « statut spécial ».

Le 25 septembre 2023, Grégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss), a invité les quinze signataires de l’appel à la grève du 5 octobre 2023 à une conférence de presse afin de faire le point sur la situation. À sa grande surprise, la quasi-totalité d’entre eux était absente. Contactés par EcoMatin, les intéressés n’ont pas souhaité s’exprimer sur les raisons de leur boycott. Cependant, il semble qu’ils attendent des réponses concrètes aux revendications pour lesquelles ils manifestent depuis plusieurs semaines.

Sous pression, le Mintss a assuré que « le gouvernement informera le peuple camerounais non seulement des instructions bien connues que le président de la République avait données concernant les questions des enseignants, mais également de toutes les questions que le public se pose à ce sujet dans les prochains jours ».

Bien que les syndicats des enseignants aient montré leur volonté de rompre le dialogue social en boycottant le Premier ministre la semaine dernière ainsi que son ministère, Grégoire Owona réaffirme que « le gouvernement renouvelle sa volonté de dialoguer, sa détermination à résoudre les problèmes et sa volonté d’améliorer les conditions de vie des enseignants et de tous les fonctionnaires de l’État ».

Les syndicats sont à nouveau attendus le 28 septembre prochain pour une rencontre avec le ministre du Travail. Le gouvernement est donc confronté à une énorme pression pour trouver des solutions appropriées dans un laps de temps limité afin d’éviter une grève le 5 octobre, d’autant plus que l’année 2022 a été marquée par le même scénario, avec des répercussions sur les programmes éducatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi